accueilActualitéCoup d'oeil sur le mondeEn brefNewsreel

Sommaire de la semaine – 25 Novembre au 1er Décembre 2018

Insécurité : les transporteurs dominicains dénoncent

La Fédération nationale des transports de la République dominicaine (FENATRADO) a fait part de sa frustration contre les actes de braquage dont sont victimes les chauffeurs dominicains et leurs assistants, de la part de certains brigands haïtiens.  Ces actes sont orchestrés principalement contre les chauffeurs de camions qui transportent les marchandises au-delà de la frontière haïtiano-dominicaine.  Le député Ricardo de los Santos qui est aussi président de FENATRADO, a critiqué les gouvernements haïtiens qui n’ont rien fait pour stopper ces actes de banditisme qui durent depuis plusieurs années. Ces bandes armées agissent en toute quiétude, sans craindre une éventuelle intervention des autorités haïtiennes, selon le député.  De los Santos a déclaré que ces actes de pillage sont suivis de menaces et de dommages collatéraux et qu’il ne se souvient d’aucune arrestation ou action de mise en justice engagée contre les auteurs de ces crimes.  En ce sens, il a affirmé que la FENATRADO a acheminé une lettre à l’ambassade de la République Dominicaine en Haïti pour faire part de cette situation.

 

Moïse Jean-Charles à l’ONU         

Le chef de file de Pitit Dessalines, Moïse Jean-Charles, s’est rendu aux Nations Unies le mardi 20 novembre 2018, afin de discuter de la crise haïtienne.  Il promet de réclamer l’aide de l’ONU pour récupérer l’argent du fonds de PetroCaribe et d’autres ressources détournées au cours des dernières années.  Il entend également réclamer justice et dédommagement pour les victimes du choléra et les femmes violées par des casques bleus de la MINUSTAH.  M. Moïse n’est resté que 24 heures à New-York.  Le chef de file de Pitit Dessalines soutient que cette invitation lui avait été adressée depuis un mois. Il explique qu’il n’avait pas pu effectuer le déplacement, en raison de préoccupations sécuritaires.  Il se réjouit de la mobilisation populaire et appelle une nouvelle fois à la démission du chef de l’État.

 

Enquête : La NEHRO exige

Les autorités policières et judiciaires doivent diligenter sans délai une enquête pour déterminer les auteurs des actes d’assassinat et de violence perpétrés contre des citoyennes et citoyens les mardi 13 et dimanche 18 novembre 2018.  Cet appel est lancé aux autorités compétentes par l’Organisation New England Human Rights Organization (NEHRO).  Elle exige la libération sans condition des personnes arrêtées et détenues arbitrairement durant la journée de manifestation du 18 novembre, tout en critiquant les actes d’assassinats illégaux contre d’autres.  La NEHRO « salue le peuple haïtien pour sa participation massive à travers tout le pays » à la grande mobilisation du 18 novembre 2018 (date de commémoration du 215e anniversaire de la bataille de Vertières) pour exiger que la lumière soit faite sur la dilapidation du fonds PetroCaribe.  Selon les dernières précisions de la Police nationale d’Haïti (PNH), neuf (9) personnes sont mortes, dont trois, lors de la mobilisation du 18 novembre 2018.  Les organisateurs de la marche contre la corruption ont cependant recensé onze (11) personnes tuées lors de cette mobilisation qui a paralysé les activités au niveau des transports publics et du commerce informel dans le pays.

 

Tentative d’évasion à la prison civile d’Anse-à-Veau

Un détenu a été tué par balle, trois autres et trois policiers ont été également blessés, lors d’une tentative d’évasion à la prison civile d’Anse-à-Veau, dans le département des Nippes, le dimanche 18 novembre 2018.  C’est ce qu’a précisé le porte-parole adjoint de la Police Nationale d’Haïti (PNH), Gary Desrosiers, lors d’une conférence de presse, le lundi 19 novembre 2018.  Des forces de l’Unité Départementale de Maintien d’Ordre (UDMO) ont dû intervenir pour empêcher l’évasion.  Les prisonniers s’employaient à forcer la barrière de la prison quand un détachement de l’UDMO est arrivé en renfort, avait expliqué le maire principal de cette commune, Jean-Marie Fouché.  Cette tentative d’évasion serait due aux mauvais traitements auxquels font face les détenus, avait-il souligné.  Le maire sollicite l’intervention de la Direction départementale des Nippes (DDN) et de la PNH, pour «assurer une meilleure sécurité du bâtiment» qui compte plus de 200 prisonniers.

 

MSPP : les attaques contre des ambulances

Des véhicules ambulanciers, transportant des blessés et des malades, ont été l’objet d’attaques d’individus (armés) dans la zone métropolitaine, notamment à La-Saline, Bon-Repos et Cap-Haïtien, en début de semaine.  Selon le directeur du service ambulancier national, Harold Louis, un chauffeur ambulancier a sévèrement été battu par des individus.  Il reçoit des soins dans un hôpital de la capitale, sa vie semble être hors de danger.  Le ministère de la Santé Publique et de la Population dénonce et déplore ces actes survenus dans quelques régions du territoire national.  La mission des ambulances est d’offrir d’urgence des soins préhospitaliers, d’assurer le transport des malades, des blessés, des femmes enceintes et de toute personne, vers l’hôpital ou le centre de santé le plus proche et le plus techniquement approprié.  Le MSPP lance un appel à la solidarité de la population, en vue de faciliter la libre circulation de toutes les ambulances, qu’elles soient publiques, privées, hospitalières et philanthropiques.  Le MSPP, dans une note de presse, a rappelé aux usagers des voies publiques que, conformément au code de la route, les ambulances détiennent toujours la priorité.  Elles sont au service de tous et veillent à la protection de tous.

 

Le ministère du Tourisme condamne l’attaque contre des touristes

Le ministère du Tourisme condamne l’attaque armée perpétrée, le lundi 19 novembre à Cabaret, contre un autobus de Royal Decameron transportant des touristes.  Parmi les victimes de cet incident, deux étrangers dont un Français et un Américain atteints de projectiles au niveau du bras.  Leur vie n’est pas en danger, selon ce qu’a informé la compagnie ambulancière HERO qui les a conduits d’urgence à l’hôpital Bernard Mevs.  Le ministère du Tourisme déplore cet incident qui s’est produit sur la route Nationale # 1 et qui touche autant les touristes que les investisseurs qui contribuent à la croissance économique et au développement touristique du pays.  Tout en reconnaissant leur droit de manifester, l’organe du gouvernement rappelle aux manifestants qu’ils se doivent, en tout temps, de respecter les vies humaines, les biens publics et privés.  Contactée après cette attaque, l’ambassade américaine à Port-au-Prince déclare être au courant de l’incident mais se garde d’émettre trop de commentaires.  L’institution diplomatique précise, par ailleurs, que « le Département d’État des États-Unis, nos ambassades et consulats à l’étranger ont la responsabilité première de veiller à la protection des citoyens américains à l’étranger ».

 

 

 

 

Projets au Parlement dominicain sur la construction d’un mur frontalier

Deux projets proposant la construction d’un mur à la frontière viennent d’être déposés à la Chambre des députés de la République Dominicaine.  L’un d’eux est l’œuvre du député dominicain Dario Zapata qui propose un mur technologique et sophistiqué.  Zapata suggère un mur technologique, « formé par une barrière de 289 kilomètres linéaires avec un éclairage de haute intensité par points critiques, détecteurs de mouvement, équipement de vision nocturne, des camions, des hélicoptères et du matériel de communication relié à la patrouille frontalière », selon les informations de Diario Libre.  L’autre projet a été soumis par le Pedro Botello, membre du Parti Réformiste Chrétien (PRSC).  Le mur qu’il propose de construire serait géré par un comité nommé par le pouvoir exécutif dominicain pour une période de trois (3) mois.  Le débat sur la construction du mur frontalier qui a été longtemps fustigé par certains politiciens, gagne de l’ampleur en République Dominicaine.  Désormais, ce n’est pas seulement Ramfis Trujillo qui espère voir la réalisation d’un tel projet.

 

Haïti-crise : Michaëlle Jean parle

L’ex-Secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie, l’Haïtiano-canadienne, Michelle Jean, a lancé un appel au calme aux Haïtiens, à la suite des mouvements de protestation du 18 novembre.  En effet, depuis quelques temps, on assiste à une recrudescence de l’insécurité dans le pays et à la multiplication des manifestations, une situation qui a poussé l’ancienne Gouverneure générale du Canada à exprimer ses inquiétudes.  « La situation d’agitation sociale et politique inquiète », a dit Michaëlle Jean sur twitter.  Elle lance un appel au « calme et à la responsabilité, dans l’intérêt supérieur du pays ».

 

Les Cayes : les protestataires menacent

Plusieurs dizaines de manifestants ont tenté d’incendier un bureau commercial de la compagnie Électricité d’Haïti (EDH) qui loge au numéro 35 de la rue Fabre Nicolas Geffrard, aux Cayes (1e Grand-Rue), selon ce qu’a fait savoir le journaliste de Radio Télé Caramel, Valéry François.  Les protagonistes qui ont essayé à plusieurs reprises d’incendier ce dit bureau ont été chassés, grâce à une intervention des agents de la PNH. N’ayant pas réussi leur coup, les protestataires ont tenté par la suite d’incendier une pompe à essence de la compagnie Total, au boulevard Quatre Chemins, tentative qui a une nouvelle fois avorté, grâce à la vigilance de certains résidents de la zone.

 

Réaction du ministre Agénor Cadet

Le ministre de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle, Pierre Josué Agénor Cadet, rejette d’un revers de main, les déclarations de Mélissa Pierre-Louis, une jeune fille qui dit être l’enfant biologique du ministre.  Une lettre devenue virale sur les réseaux sociaux pointe du doigt le ministre de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle, Pierre Josué Agénor Cadet.  Dans la correspondance, l’auteure, Mélissa Pierre-Louis, demande au ministre d’assumer, envers elle, sa responsabilité de père biologique.  Le titulaire du MENFP dénonce une machination politique visant à le déstabiliser dans le cadre de son combat contre la corruption.  Il dit n’avoir jamais donné de l’argent à Roberde Céliné (Bob C) pour le compte de Mélissa.  Dans sa lettre, mademoiselle Pierre-Louis adresse trois demandes qui, selon elle, pourraient améliorer sa condition de vie : une maison décente pour habiter avec sa mère, un business pour assurer leur survie ainsi que le paiement de son écolage.  La jeune fille qui dit avoir été conçue d’une union extra-conjugale, au micro de plusieurs radios de la capitale, dénonce les mauvaises conditions dans lesquelles elle vit.  Pour s’en sortir, elle dit s’être adressée au journaliste Bob C qui lui a permis de bénéficier d’une somme de 40 000 gourdes.  Elle raconte que l’homme aurait par la suite abusé d’elle, sexuellement.  Après cette accusation estimée grave par le ministre, le numéro 1 du ministère de l’Éducation nationale déclare, et nous citons : «Je m’étonne que cette fille ait attendu que je sois ministre et elle majeure, pour faire valoir cette filiation, où était-elle bien avant ? ».  Selon Cadet, « ce n’est qu’une machination politique orchestrée par certains responsables de lycées ».

 

Construction : 80 millions US pour le bâtiment des Archives Nationales

Le nouveau bâtiment des Archives Nationales coûtera 80 millions de dollars américains. Une partie du montant proviendra des caisses de l’Institution et le reste sera tiré du trésor public, selon ce qu’a expliqué son directeur Jean Wilfrid Bertrand, le lundi 12 novembre, lors de la 62e conférence des lundis de la presse du ministère de la Culture et de la Communication.  Situé actuellement à Delmas 75, le bureau des Archives Nationales d’Haïti aura un nouveau local flambant neuf au sein de la cité administrative, dans la zone du Champ-de-Mars.  Le bâtiment respectera les normes parasismiques et aidera beaucoup dans la conservation de la mémoire du pays, dans le cadre d’un Projet de Gestion de Documents Administratifs (PGDA), informe le directeur Bertrand.  Celui-ci souligne que la pose de la première pierre de la construction des nouveaux locaux se fera durant l’année 2019.  Étant l’un des rares édifices publics de la capitale à être resté debout après le passage du séisme de 2010 en Haïti, les locaux des Archives nationales continueront d’assurer la conservation des documents produits par l’administration centrale haïtienne ainsi que la gestion de l’état civil, fait savoir son Directeur Jean Wilfrid Bertrand.

 

Équateur : commémoration de La bataille de Vertières

En date du 16 novembre 2018, dans le cadre du 215e anniversaire de la Bataille de Vertières, les autorités et l’armée équatorienne ainsi que la communauté haïtienne de Quito ont répondu à l’invitation du corps diplomatique haïtien, accrédité en Équateur, pour rendre hommage aux héros haïtiens ayant mené cette ultime bataille contre le colonialisme, l’esclavagisme et la ségrégation raciale.  À la «Plaza Haïti», l’Ambassadeur Lesly David et le Chargé d’Affaires Christian Toussaint, en présence de diplomates, de membres de la chancellerie équatorienne, d’officiers haïtiens en formation à l’école militaire de ce pays ainsi que dans l’armée de l’Équateur, ont rendu un vibrant hommage aux héros de l’indépendance haïtienne.  Dans son discours de circonstance, l’Ambassadeur Lesly David a salué le travail fait au prix du sang par les fondateurs de la patrie haïtienne et en a profité pour déposer des gerbes de fleurs aux pieds du buste de Jean-Jacques Dessalines.

 

Démission de Jovenel Moïse a dit André Michel

Le départ de Jovenel Moïse de la présidence en Haïti, constitue un passage obligé pour la réalisation du procès concernant la dilapidation présumée des fonds PetroCaribe, insiste l’avocat et militant politique Michel André.  Jovenel Moïse représente un obstacle à tout éventuel procès, relatif au dossier PetroCaribe, déclare Me André Michel qui rejette l’appel au dialogue lancé par Jovenel Moïse comme alternative à une sortie de crise.  Les justes revendications de la population qui demande des comptes sur la gestion des fonds PetroCaribe sont menacées, met en garde le secrétaire général du parti politique Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP), Éric Jean-Baptiste. Pour se protéger et protéger leurs acolytes, les politiciens traditionnels convertissent le mouvement #PetroCaribeChallenge en « ôte-toi que je m’y mette », prévient le RDNP.  Le parti politique RDNP critique le comportement insoucieux des dirigeants de la classe politique qui exploiteraient la crise actuelle à leurs profits.

 

La Gonâve fait face à une pénurie d’aliments

La vie des habitants de La Gonâve a été perturbée par les journées de grève qui ont entraîné une pénurie de denrées alimentaires dans cette zone.  Les bateaux assurant le trajet Anse-à-Galet/Carries n’ont pas pu poursuivre leurs activités, en raison de la crise actuelle, durant les jours de grève.  Les petits commerçants qui, généralement, s’approvisionnent en marchandises du port de Carries, n’ont pu effectuer aucune transaction, en raison de la paralysie de la circulation.  C’est ce qui explique la rareté des produits alimentaires, selon les petits marchands.  Les prix du peu de denrées alimentaires disponibles ont augmenté.

Jean Hervé Altidor

 

 

 

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: