accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Une 53ème fanfaronnade pour l’ONA

Le jeudi 8 novembre 2018, l’Office National d’Assurance-vieillesse (ONA) a célébré son cinquante-troisième anniversaire. Pour l’occasion, une messe d’action de grâces a été chantée. Le directeur général en a profité pour faire le point sur les réalisations de l’institution. Aussi annonce-t-il plusieurs activités pour l’année à venir. Le point prépondérant reste l’organisation d’un colloque international sur la protection sociale, rassemblant diverses entités haïtiennes et étrangères travaillant dans la promotion de ce chantier. C’est une salle illuminée et garnie d’employeurs, d’amis de l’ONA, de hauts dignitaires du gouvernement et du secteur privé des affaires qui a accueilli la cérémonie de célébration du 53e anniversaire de cette institution. Dès 9 heures du matin, la cour de l’institution située sur l’autoroute de Delmas était déjà remplie. Mais on a dû attendre jusqu’à 11 heures, avant le début des activités marquant ce nouveau printemps. Après les propos de bienvenue, les invités ont eu droit à une messe d’action de grâces, célébrée par Mgr. Ronald Vilfort, avant de passer aux activités culturelles, pour terminer par le discours magistral du directeur général de l’institution, M. Chesnel Pierre. D’entrée de jeu, sans perdre de vue les défis, le titulaire de cette boîte a mis en évidence les progrès accomplis par l’ONA. L’institution, explique M. Pierre, a démontré au cours de son histoire, qu’elle maintenait un système structuré et innovant, mais également soucieux de la préservation des acquis les plus précieux : la protection sociale. C’était l’occasion pour le DG de mettre en avant les réalisations effectuées dans le cadre du projet ONAFANM. Durant la période d’octobre 2017 à septembre 2018, fait-il savoir, l’ONA a pu décaisser, sous forme de prêts à travers le mécanisme susmentionné, un montant de 151 180 000 gourdes et prévoit réaliser un rendement de 3 023 600 gourdes. C’est pourquoi, ajoute Chesnel Pierre, lors de son long discours, l’institution contribuera au Trésor public, sous forme de TCA et timbres, à hauteur de 604 720 gourdes. Le directeur de l’ONA n’a pas omis les efforts accomplis pour lancer le programme ONADIASPORA. Mais l’essentiel du discours portait sur les grands chantiers de l’année 2019. Cette année, déclare le numéro un de l’ONA, devra marquer l’effectivité de l’informatisation intégrale des données de l’institution qu’il dirige, en ce qui concerne les cotisations et les quotes-parts. Dans cette perspective, assure-t-il, les opérations d’immatriculation des salariés du secteur privé vont se poursuivre sur l’ensemble du territoire, dès le premier trimestre. Mais ce n’est pas tout, selon Chesnel Pierre. Un manuel de procédures administrative, financière et comptable doit également voir le jour, à brève échéance. Il s’agit là d’un outil de management et d’un instrument de contrôle essentiel car, croit-il, l’absence de procédures écrites rend le contrôle interne difficile, opaque et aléatoire. Dans ce même courant d’innovation, il est également question de concrétiser le projet d’amendement de la loi-cadre, car la désuétude de cette loi ne concorde pas, de l’avis du directeur général de l’ONA, avec les nouvelles réalités sociales. À ce niveau, le responsable se montre insatisfait. Si l’on considère les 50 dernières années, on peut aisément énumérer les quelques initiatives prises dans le but de jeter les bases d’un système de protection sociale en Haïti. Il est unanimement reconnu, souligne-t-il, qu’un système de protection sociale inefficace va à l’encontre de la cohésion sociale et provoque des distorsions.

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: