accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

L’insécurité bat son plein en Haïti

Depuis le mercredi 31 octobre, la tension monte d’un cran dans la capitale haïtienne, notamment dans les quartiers populeux de Cité-de-Dieu et La-Saline. Des affrontements armés entre les gangs rivaux dans ces quartiers ont fait plusieurs blessés par balles et des morts.  De nombreux citoyens se plaignent du fait que le niveau d’insécurité continue de grimper à Port-au-Prince, ces derniers temps.  Dans la soirée du 1er novembre, lors d’un affrontement armé entre 2 gangs,  Kiki,  un chef de gang à Cité-Soleil est mort dans une fusillade, tandis que le chef de gang,  Bout    Jean-Jean, a été blessé au cou, lors des échanges de tirs dans la zone de Pernier et conduit à l’hôpital Bernard Mevs, avec plusieurs autres blessés.  « La police, informée par les autorités sanitaires de la présence de blessés par balles, s’est rendue à l’hôpital (pour) faire un constat », a dit le commissaire Berson Soljour, Directeur Départemental de l’Ouest de la Police Nationale d’Haïti (PNH).  Par ailleurs, le commissaire Soljour a démenti les informations qui circulent, laissant croire que la police occupait l’hôpital, empêchant les médecins de faire leur travail.  Il y a, certes, une présence policière visible, mais à l’extérieur, souligne-t-il, en vue de sécuriser le périmètre et d’assurer la protection de l’hôpital au besoin, une rumeur laissant croire à une possible opération de gangs armés pour prendre de force le contrôle de l’hôpital.  « Des membres de gangs rivaux menacent de venir à l’hôpital.  La police se présente sur les lieux pour protéger l’hôpital et les blessés », a déclaré monsieur Soljour qui confie que, pour le moment, la police n’a procédé à aucune arrestation.

 Dans la nuit du 29 au 30 octobre 2018,  Kapi Minthor, l’administrateur de la direction départementale du ministère de la Santé publique et de la Population du Nord-Est, a été retrouvé mort, à côté de sa voiture, sur la route de Ti koulin.  L’administrateur de la direction départementale du ministère de la Santé publique et de la Population du Nord-Est (DSNE) a été retrouvé auprès de la première roue gauche de la voiture qu’il conduisait, avec un maillot blanc coloré de son sang, atteint de plusieurs balles.  Selon le journaliste Eddy Michel de Radio Idéal FM, la police a déjà procédé à l’arrestation de plusieurs personnes, dans le cadre d’une enquête déjà ouverte pour révéler les circonstances de la mort de monsieur Minthor.

En outre, le samedi 3 novembre, au Village-de-Dieu (Sud de la capitale), plusieurs unités d’élite de la Police Nationale d’Haïti (PNH), appuyées par des policiers de l’UNPOL, ont mené une opération musclée d’envergure, en vue de reprendre le contrôle du Village-de-Dieu, territoire du dangereux chef de gang « Arnel » et de ses hommes, qui contrôlaient ce quartier, semant la terreur et la mort.  La maison d’Arnel a été perquisitionnée par les hommes du SWAT, accompagnés d’un Juge de Paix, dans la zone d’Hollywood, et au moins une dizaine de présumés complices ont été arrêtés au cours de cette opération où de nombreuses armes et munitions ont été saisies.  Toutefois, les fouilles de maisons dans la zone de Village-de-Dieu n’ont pas permis, pour le moment, de retrouver le dangereux chef de gang.  Néanmoins, les forces de l’ordre n’entendent pas quitter la zone sans avoir mis la main sur ce criminel qui serait caché actuellement dans ce quartier populaire, selon les sources policières.  Afin de tenter d’obtenir l’aide la population, la Direction Générale de la PNH annonce qu’elle dispose de 2 millions de gourdes, pour toute personne qui l’aiderait à capturer « Arnel ».   Elle assure que la sécurité de cette personne sera garantie par les autorités policières.

À la suite de l’affrontement armé entre 2 gangs dont plusieurs blessés ont été conduits à l’hôpital Bernard Mevs, le Secrétariat Général de la Primature, dans une note datée du 3 novembre, tient à exprimer, au nom du Gouvernement du Premier Ministre Jean-Henry Céant, sa plus vive indignation face à une fausse note circulant sur les réseaux sociaux, attribuée au « Cabinet Privé » du Premier Ministre.  Le Secrétariat Général « dément catégoriquement qu’une entente aurait été conclue entre le Secrétaire Général de la Primature et l’Hôpital Bernard Mevs pour quelque motif que ce soit, encore moins pour permettre à la Police de traquer dans l’enceinte même de l’Hôpital, des personnes blessées, en train de recevoir des soins. »  « Le Secrétariat Général exprime ses plus profonds regrets à la famille Bitar et à tout le personnel de l’Hôpital Bernard Mevs dont la réputation, le prestige et le dévouement au service de la Communauté ont été souillés par cette note infamante.  Le Secrétariat Général de la Primature en profite pour appeler la population à la vigilance, face à ces manipulateurs de tout genre qui utilisent les réseaux sociaux à des fins de déstabilisation, croyant atteindre leurs objectifs inavoués en semant le trouble et le chaos»

Emmanuel Saintus

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: