accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Le dossier de trafic d’armes contre l’ex-DG de la PNH prend des proportions extraordinaires

Une enquête judiciaire internationale est réalisée par les autorités judiciaires haïtiennes, en vue d’identifier des personnes impliquées dans le trafic des armes.  L’affaire est sous les feux des projecteurs depuis le vendredi 26 octobre 2018, à la suite de l’arrestation de l’ex-directeur de la Police, Godson Orélus.  Le juge instructeur qui a déjà auditionné l’ex-ministre de la justice, Camille Junior Edouard, devra interroger à titre de témoin, l’ex-secrétaire d’État à la Sécurité publique, Himmler Rébu.  Maître Eugène Pierre-Louis, avocat de l’ex-chef de la Police, révèle que le magistrat a fait état de pressions internationales dont il est l’objet.  Ces pressions auraient poussé le magistrat à incarcérer M. Orélus qui pourtant était auditionné en tant que témoin et non inculpé.  De ce fait, les avocats de l’ex-directeur général de la Police réclament la libération de leur client, déplorant les conditions et les circonstances de son incarcération.  Les avocats formuleront aujourd’hui une requête en main levée d’écrou, auprès du magistrat instructeur.  Maître Eugène Pierre-Louis déplore que l’ex-chef de la police ait été menotté et bousculé par des agents de l’APENA de Saint-Marc, venus l’appréhender au bureau du juge.  Les avocats ont fait valoir que M. Orélus qui est diabétique, avait dû obtenir rapidement des comprimés avant sa détention.

Les autorités judiciaires américaines, dans le cadre de leurs investigations, ont appréhendé les frères Junior et Jimmy Joseph, principaux responsables de la compagnie Global Dynasty Corp.  Pour sa part, le juge d’instruction en charge de ce dossier, Dieunel Lumérant, exprime une nouvelle fois des préoccupations pour son intégrité physique.  Le président de l’Association Nationale des Magistrats Haïtiens (ANAMAH), Jean Wilner Morin, affirme que le magistrat a été effrayé par des tirs nourris dans les parages de sa résidence, à Saint-Marc.  Des individus armés ont tiré pendant plusieurs heures, rapporte le juge Morin, assurant qu’il n’y a pas eu de fusillade contre la maison de son collègue.  Le juge Lumérant est préoccupé pour sa sécurité et celle de sa famille.  Au cours des derniers jours, il a changé son enfant d’établissement scolaire, en raison d’une tentative de violence.  Le président de l’ANAMAH appelle le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) à adopter des dispositions urgentes, en vue de garantir la sécurité du magistrat en charge d’un dossier sensible.  Il recommande notamment qu’un véhicule approprié soit accordé au juge Lumérant.  Le CSPJ et la Police doivent garantir la sécurité du juge, et les autorités doivent fournir tous les moyens nécessaires, afin qu’il puisse réaliser convenablement l’instruction du dossier, a dit M. Morin.  Il s’agit d’un second appel faisant état des préoccupations du juge Lumérant pour sa sécurité.  Le juge Lumérant avait également rapporté des menaces par téléphone, à la suite de l’incarcération de l’ex-directeur de la Police.  Le juge Lumérant accuse l’ex-chef de la police de complicité dans le trafic de plus de 150 armes à feu.  Les armes et munitions avaient été saisies en septembre 2016 mais les autorisations avaient été accordées par le chef de la Police en 2015.  L’ancien directeur de la Police nationale d’Haïti (PNH), Godson Orélus, écroué depuis 5 jours à la prison civile de Saint-Marc, a eu, le mardi 30 octobre2018, un malaise qui serait lié à une hypertension brusque.  Il a été vite soigné par une équipe médicale, arrivée en toute urgence au centre carcéral.  Parallèlement, le  commissaire de police, Vladimir Paraison, devait être entendu ce même mardi par le juge d’instruction, Me Dieunel Lumérant, dans le cadre de l’enquête ouverte sur la cargaison d’armes confisquée au parking de la douane de la ville de Saint-Marc.  L’audition n’a pu avoir lieu comme prévu.  Les avocats de M. Paraison ont adressé une requête au magistrat instructeur pour solliciter le report de l’audition au 12 novembre prochain.  Et, justement, leur demande a été agréée.  L’ancien directeur général de la police nationale d’Haïti, Godson Orélus, est gardé à vue, sur ordre du juge d’instruction prés le tribunal de première instance de Saint-Marc, Dieunel Lumérant.  Plusieurs membres du haut état-major de la Police avaient rendu visite, le dernier weekend du mois d’octobre,  à M. Orélus.

Altidor Jean Hervé

 

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: