accueilActualitéCoup d'oeil sur le mondeSport

Eliminée de la course au titre, Haïti continue toutefois à gagner

Aucune équipe en Haïti avant celle-ci n’avait réussi l’exploit, dans une Coupe du monde de football, de sortir invaincue d’une phase de groupe, en claquant 9 points sur 9 possibles.  Pas même la sélection nationale de 1974 en Allemagne ni celle des moins de 17 ans de 2007 en Corée du Sud, et encore moins l’équipe féminine des U-20 d’août 2018, en France.  Aucune équipe haïtienne de football n’a été plus flamboyante que celle de nos amputés.  Sans tambour ni trompette, ces héros de l’ombre ont réussi l’exploit de franchir deux tours en phase finale de Coupe du monde, en participant à trois phases finales de rang.  Ils sont la première sélection nationale haïtienne de football de l’histoire à avoir gagné une rencontre de phase finale de Coupe du monde contre des équipes européennes, réputées pour être des puissances du football (2-0 contre l’Allemagne en phase de groupe et élimination de l’Italie en 8e de finale 1-1 et 5 pénalités à 4 en 2014).  Pour leur 3e Coupe du monde, il ne leur a suffi que deux victoires (2-0 contre l’Espagne et 2-1 contre l’Ukraine) pour se hisser au second tour.  Toutefois, ils ont quand même remporté leur troisième match face à l’adversaire le plus coriace du groupe, l’Angola (victoire 2-1 pour Haïti). L’Angola a été l’équipe la plus coriace du groupe D.  Cette équipe angolaise est différente de celle que les Grenadiers ont battue, lors de leurs deux premières rencontres.  Les Angolais étaient finalistes de la dernière édition de Coupe du monde des amputés en 2014 et ils ont eu les faveurs des pronostics pour l’actuelle édition.  Toute une série d’assertions avant la rencontre de la sélection haïtienne de football contre l’équipe angolaise qui était jusqu’alors aux commandes du groupe D.  Ceci a eu pour effet d’amener les Haïtiens à entamer cet ultime match dans un esprit de prudence.  Au final, les Grenadiers l’ont emporté (2-1) et ont survolé le groupe D, en terminant premier avec 9 points sur 9.  En 8ème de finale, les coéquipiers de John Spinoza ont affronté la Pologne.

Pour Haïti, la belle aventure de la Coupe du monde de football des amputés s’arrête en huitième de finale.  La sélection nationale haïtienne des amputés s’est fait sortir de la course au titre, le jeudi 1er novembre 2018, par la Pologne, en s’inclinant 2 buts à 1.  Haïti avait pourtant ouvert le score, dès le début de la partie, par son incontournable buteur Redondo El Principe Richard.  En marquant son cinquième but, quelques minutes seulement après le coup d’envoi du match, Redondo El Principe Richard croyait avoir fait le plus dur pour assurer la qualification de son équipe. Malheureusement, l’équipe haïtienne n’a pas tué le match quand elle en avait l’occasion et s’est fait rejoindre logiquement, en encaissant un but sur coup franc direct, suite à une faute peu évidente, sifflée par l’arbitre.  Ce but égalisateur a été inscrit contre le cours du jeu tant les Polonais ont mis du temps pour entrer dans la partie.  Ils se sont contentés de faire circuler la balle et n’ont mené leur première action véritablement dangereuse que fort tard dans la première mi-temps.  En face, l’équipe haïtienne n’a pas été aussi impériale que lors de ses précédentes sorties et a multiplié beaucoup de mauvaises passes.  Derrière, les Polonais ont laissé très peu d’espace tandis que les Haïtiens se sont montrés trop nerveux au moment de placer leurs attaques.  Avant que l’arbitre ne siffle la mi-temps, Redondo El Principe Richard a raté deux face-à-face contre le gardien polonais à qui l’équipe adverse doit beaucoup de démarrer la seconde période avec ce score de parité inespéré, vu la physionomie de la rencontre.  Au retour des vestiaires, l’équipe polonaise n’a rien montré de convaincant.  Les joueurs polonais ont beaucoup simulé en se jetant par terre quasiment à chaque contact avec un footballeur haïtien.  Ils ont pu ainsi bénéficier de beaucoup de coups de pied arrêtés, alors que des fautes évidentes n’ont pas été sifflées par l’arbitre, en faveur d’Haïti.  Alors que la rencontre semblait filer tout droit vers une éventuelle prolongation, un joueur polonais a hérité d’un ballon mal renvoyé par la défense haïtienne pour placer un tir à ras de sol poussant le gardien de but haïtien à une faute de main. Un coup franc direct déposé dans notre lucarne et un ballon relâché par notre dernier rempart dans les minutes additionnelles, et aussi un arbitrage très médiocre, ont scellé le sort de la sélection nationale haïtienne des amputés qui n’atteindra pas les quarts de finale, comme c’était le cas en 2014, lors de la 14e édition qui s’était déroulée également au Mexique.  Pour le sélectionneur haïtien, Jean-Marc Antoine, cette élimination est aussi une « opportunité d’apprendre de nos erreurs ».  Il ne veut en aucun cas incriminer l’arbitre qui pourtant a sifflé la fin de la rencontre, alors que l’équipe haïtienne était en train de mener une contre-attaque.  « Nous avions 50 minutes pour faire la différence », a fait remarquer, sur un ton philosophique, le sélectionneur national, appelant les autorités haïtiennes à penser à mettre sur pied un championnat national de football pour amputés.  « Nos adversaires ont des ligues [de football] chez eux », a-t-il fait savoir, pointant du doigt la jeunesse et aussi le manque d’expérience de l’effectif haïtien.  Il dit vouloir se servir de cette Coupe du monde et de l’expérience accumulée, comme tremplin pour faire mieux à la Copa America qui aura lieu l’année prochaine, encore en territoire mexicain.

Contrairement aux autres compétitions classiques, malgré son élimination de la course au titre, l’équipe haïtienne a continué à disputer d’autres rencontres jusqu’à dimanche, pour tenter de s’améliorer dans le classement général.  De ce fait, Haïti a rencontré le vendredi 2 novembre : l’Italie, vaincue 2 à 0 par l’Angola, en huitième lui aussi.  Pour cette rencontre, les Haïtiens ont gagné 2-1, ensuite ils ont joué contre l’Argentine le lendemain : victoire 3-2 pour Haïti, et continuera d’enchaîner les matchs jusqu’à dimanche, le jour de la finale.  En 2014, Haïti a terminé septième, donc cette année, la délégation prétend à une cinquième place, la plus haute marche à laquelle la sélection peut prétendre, si toutefois l’équipe haïtienne parvient à se défaire de tous ses prochains adversaires qui auront été éliminés eux aussi du tournoi.

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Close
%d bloggers like this: