accueilActualitéPratiques culturelles

La violence conjugale frappe la mairie de Tabarre

Il est interdit, à tout égard, de frapper une personne, qu’il soit ton enfant, ta servante, ton mari ou encore ta femme, mais cette affirmation semble ne rien signifier pour Yves Léonard, concubin de la mairesse de Tabarre, l’actrice Nice Simon, qu’il a sévèrement tabassée, au point que les bleus soient visibles sur toute la peau de la mairesse. Après avoir été victime d’une bastonnade de son homme, Nice Simon a eu tout l’appui nécessaire, et la justice a interdit à Yves Léonard de quitter le pays, en lui décernant, du coup, un mandat d’amener. Après avoir été victime à plusieurs reprises de son bourreau, l’actrice de « I Love You Anne » a finalement décidé de sortir de son silence, avouant à la presse locale que, pour cette fois, elle a « frôlé la mort ». La mairesse de l’Arcahaie, Rosemila Petit-Frère, qui a eu l’occasion de rendre visite à Nice Simon, témoigne que cette dernière est actuellement traumatisée et souffre de douleurs physiques, à la suite des coups reçus. « Les images ne traduisent pas suffisamment l’atrocité vécue par Nice Simon. Actuellement, son corps est recouvert d’hématomes et de bleus », dit Mme Petit-Frère qui déclare que FENAH-Femmes solidarise avec la victime. La mairesse de l’Arcahaie a révélé les dessous de cette affaire qui a déclenché cette « rare violence », de la part d’Yves Léonard, le partenaire de la victime. « L’ULCC qui mène une enquête sur la gestion de l’ancienne administration de la mairie de Tabarre, a exigé quelques pièces à Mme Simon qui, par la suite, a été deux fois convoquée au Parquet de la Croix-des-Bouquets par le Commissaire du gouvernement. Très proche de ce dernier, Yves Léonard a demandé à sa partenaire de négocier avec le commissaire afin de faire taire le dossier, mais elle a refusé », argue Rosemila Petit-Frère, visiblement remontée. La scène ayant découlé sur cette note violente, s’est déroulée lundi matin vers 4 heures et Yves Léonard n’a pas ménagé sa violence contre l’actrice. « Nice Simon a fait semblant d’être tombée en syncope pour que cesse la bastonnade. Puis, Yves Léonard a saisi son portable et l’a enfermée, seule dans une pièce où elle a pu s’échapper de justesse par une fenêtre », toujours selon la mairesse de l’Arcahaie. La mairesse de Tabarre, Nice Simon, a confié en conférence de presse, qu’après avoir été brutalement rouée de coups le 1er octobre par son conjoint, elle l’a supplié de l’emmener à l’hôpital, mais Yves Léonard a dit « non ». La voix pleine de sanglots, le visage et le corps marqués par les coups, Nice Simon a rencontré la presse le mercredi 3 octobre, pour raconter ce qu’elle a vécu le jour de son agression. Dans une ambiance de protestation, des citoyennes et citoyens se sont invités à l’événement, pancartes en mains, pour dénoncer Yves Léonard et exiger son arrestation. Plusieurs membres d’organisations de femmes déplorent les actes d’agressions physiques dont a été victime la mairesse de Tabarre. Soutenue par une cohorte de manifestants, de Marie-Yolène Gilles, de Jude Edouard Pierre, de la sénatrice du Nord, Dieudonne Luma Étienne, Nice Simon tentait de reconstituer les faits et situe l’affaire dans un cadre purement « politique ». Elle signale que ce n’était pas un conflit entre conjoints et confie avoir été séquestrée par le père de son garçon de deux (2) ans. Son cellulaire portable a été confisqué, rapporte-elle, en présence d’un parterre de journalistes. « Pourquoi ce n’est que maintenant vous portez plainte contre un homme qui prenait l’habitude de vous tabasser, vous gifler et vous rouer de coups ?» « Aujourd’hui, je prends mon courage à deux bras pour que cela ne se reproduise plus jamais. De nos jours, quand les femmes sont victimes, elles font silence au lieu de porter plainte. Elles ressentent de la honte. Les victimes se sentent gênées de dénoncer, humiliées, rabaissées », lâche-t-elle devant les caméras. « C’est à Yves Léonard d’avoir ce visage de la honte, pas moi ». Ni le Président de la République ni le Premier Ministre n’ont twitté une note pour solidariser avec la mairesse de Tabarre. Toutefois, le porte-parole du gouvernement, Eddy Jackson Alexis, a condamné l’agression contre la mairesse de Tabarre, Nice Simon. Nous condamnons la violence sur toutes ses formes, surtout contre une autorité publique, a dit le secrétaire d’État à la Communication. Plusieurs dirigeants d’organisation de droits humains ont averti que les relations entre des responsables de l’Exécutif et M. Yves Léonard pourraient empêcher le bon déroulement des investigations sur ce dossier. M. Léonard, compagnon de Mme Simon, est un entrepreneur dans l’immobilier. Il est le propriétaire de la résidence actuelle du chef de l’État, Jovenel Moïse. La Fédération Nationale des Maires d’Haïti (FENAMH), pour sa part, a condamné, avec la plus grande vigueur, les actes de violences perpétrées contre la mairesse principale de Tabarre (nord-est de la capitale), Nice Simon, par son concubin, Jean Yves Léonard. Toutefois M. Alexis donne l’assurance que le gouvernement n’interférera en rien dans la procédure judiciaire. Il n’y a pas de proximité avec les autorités lorsqu’une personne enfreint la loi, lance-t-il. La grande question: où est Yves Léonard pour l’instant? Serait-il arrêté? La vie de Nice Simon n’est-elle plus en danger? L’avenir seul nous donnera ces réponses.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: