accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Des morts qui n’intéressent plus le pouvoir en place

Il y a une autre forme d’insécurité qui n’intéresse guère l’équipe de Jovenel Moïse et alliés.
L’insécurité routière tue beaucoup plus que les actes de banditisme en Haïti. En effet, selon
l’ancien Directeur du Centre Ambulancier National, Garnel Michel, Coordonnateur de
l’organisation haïtienne dénommée « Services Techniques et Opérationnels pour Pallier aux
Accidents » (STOP-Accidents), du 29 juin au 9 septembre (2 mois), 307 accidents de la route ont
fait 851 victimes dont 742 blessés et 109 morts, âgés en moyenne entre 14 et 45 ans. Ce bilan a
été réalisé en partenariat avec le Centre Ambulancier National et la Croix-Rouge haïtienne.
Toutefois, faute de moyens, l’organisation STOP-Accident n’est pas en mesure de faire le suivi
de l’état de santé des blessés dont certains décèdent des suites de leurs blessures et ne sont pas
comptabilisés.
D’autre part, le mercredi 12 septembre, la Police Nationale d’Haïti (PNH) a annoncé
avoir procédé au démantèlement d’un réseau de faussaires à Port-au-Prince. Plus de quatre (4)
personnes ont été arrêtées, un pistolet de calibre 9 mm, des faux sceaux de diverses institutions
ont été saisis. En outre, Wikenson Pierre-Louis, un policier de la 26e promotion de Police
nationale d’Haïti, affecté au commissariat de Saint-Louis du Nord (département du Nord-Ouest),
a été appréhendé le mardi 11 septembre 2018, dans la ville des Cayes (département du Sud), à la
suite du braquage d’un magasin dans la ville des Cayes. Selon les autorités policières, le présumé
voleur opérait depuis un mois dans le département du Sud avant son arrestation. Le mercredi 5
septembre 2018, à la mi-journée, lors d’une opération policière à Pétion-ville deux individus à
moto ont été abattus, lors d’un échange de tirs avec des agents de la Police Nationale d’Haïti
(PNH). L’incident s’est passé à la rue Métellus, non loin de la Caribbean Market, au cours d’un
contrôle policier. Selon le porte-parole de la Police nationale, Michel-Ange Louis-Jeune,
l’identité de ces deux individus n’a pas été révélée car les policiers n’ont trouvé aucune pièce sur
les victimes. Ce sont ces derniers qui ont fait feu en premier sur les policiers, a expliqué Louis-
Jeune. «Les deux hommes portaient chacun un revolver de calibre 9 mm, munis de 7 cartouches.
Pour mieux opérer, ils ont dégradé les numéros de série de la plaque d’immatriculation», a
également souligné le porte-parole. Un juge de Paix s’est rendu sur place pour le constat, avant
l’enlèvement des corps ensanglantés gisant sur la chaussée. Suite à cette opération policière, au
moins deux personnes ont été interpellées à Pétion-ville. En outre, la Police nationale d’Haïti
(PNH) a fait part de la mise en place d’un ensemble de dispositions pour renforcer la sécurité au
Village de Dieu, au Bicentenaire (centre-ville de Port-au-Prince). «Ces mesures, qui seront mises
immédiatement en application, devraient permettre aux riveraines et riverains de vaquer à leurs
activités», a déclaré Michel-Ange Louis-Jeune, dans une interview accordée à l’agence en ligne,
AlterPresse. Entre temps, des échanges entre les riverains du quartier de Martissant sur le
phénomène de l’insécurité qui fait rage, ont eu lieu le mardi 11 septembre 2018. Cette activité
s’est réalisée à l’initiative de FOKAL notamment ses équipes de programmes Santé-Droit,
Gestion Urbaine de Proximité (GUP) et Maîtrise d’Œuvres Urbaines et Sociales (MOUS). Des
directeurs et professeurs d’école, parents et membres de noyaux et bénévoles ont pris part à des
rencontres d’échange et de réflexion au cours des mois de juillet et août, autour de la création
d’un espace d’écoute, lancé par FOKAL sur la question de l’insécurité dans cette zone. En outre,
sur la route nationale #2, notamment à Morne Tapion, des bandits sans foi ni loi sèment la terreur
dans la zone. Selon plusieurs victimes, des bandits cagoulés ont érigé des barricades à Morne
Tapion pour, non seulement fouiller les tap-tap assurant les transports de marchandises, mais
pour également faire affront à la dignité de certains passagers.
Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: