accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Du mouvement dans le secteur religieux haïtien

Joël Bernard et Francklin Gracia, respectivement originaires de Jacmel et de Petit-Goâve, ont effectué le premier cycle de la formation en Haïti au grand Séminaire Notre-Dame d’Haïti.  Après leur philosophie, ils ont suivi une année de stage qui s’est déroulée en Haïti et en France où ils ont effectué leur formation théologique. Au terme de cette formation, Joël Bernard a été ordonné diacre le 10 septembre 2017 dans le diocèse de Vannes, et Francklin Gracia, le 24 septembre 2017, à la cathédrale de Rennes. Dans son homélie, Mgr Sylvain Ducange a dégagé le sens de la vocation, la mission et les responsabilités du prêtre, avant de prodiguer quelques conseils aux nouveaux prêtres. «Vous êtes des appelés de Dieu, des porte-parole.  En tant que tels, vous devez chasser en vous tout motif qui ne correspond pas à la volonté de Dieu. Vous avez la charge de sanctification à travers les sacrements, du pardon des péchés, de la fortification des malades par de l’huile sainte», a exhorté le prélat.  «Chercher et mener au salut, ceux qui étaient perdus, et communiquer à tous la parole de Dieu : voilà en quoi consiste votre mission», a-t-il poursuivi, invitant les nouveaux prêtres à cultiver l’humilité, la cohérence et le respect de leur supérieur hiérarchique. Après avoir reçu l’onction des mains, le calice et la patène, les nouveaux prêtres ont reçu, de l’évêque ainsi que de tous les autres prêtres, un baiser de paix qui leur a permis d’être admis définitivement au nombre de ces derniers. Dans ses propos de circonstance, Francklin Gracia, le nouveau prêtre, a remercié tous les membres de l’assistance, notamment Mgr Ducange Sylvain, le père Paul Dossous, son supérieur hiérarchique ainsi que le père Pierre Vallon, le curé de la paroisse Sainte-Antoine de Padoue.  

 

Ailleurs, l’Église Baptiste MEBSH de Côte-Plage a fêté avec faste son jubilé.  Tapis, décorations à l’aquarelle, hymnes de louange : c’est dans un temple fraîchement rénové que les fidèles de l’Église Baptiste MEBSH de Côte-Plage ont célébré, le dimanche 19 août, les 50 ans de cette congrégation chrétienne.  Les exaltations, les habits neufs et le mariage d’odeur des multiples parfums des fidèles ont contribué à offrir à Dieu un culte d’adoration digne de ce nom… 1968-2018 : 50 ans pour l’Église Baptiste MEBSH de Côte-Plage, communément appelée, l’Église de la Radio Lumière.  Fraîchement rénové avec des plafonds en bois et des jeux de lumière en LED, ce temple, situé à Côte-Plage dans la commune de Carrefour, a été totalement transformé de l’intérieur pour permettre aux fidèles de mieux adorer. «En 1967, on a démarré la construction du temple inauguré en juillet 1968 avec une capacité de 300 places », a discouru le pasteur principal de l’église, le révérend Samson Dorilas Dorélien.  Dans la prédication du jour, le pasteur Raymond Dieudonné a mis l’accent sur la grâce de Dieu qui a permis à l’Église Baptiste MEBSH de Côte-Plage de célébrer ses 50 ans. La chorale Chandelier d’or de Bellevue Salem, les artistes Prospère Marcelus, Delly Benson, entre autres, ont rehaussé l’éclat de l’évènement.

 

Effondrée lors du séisme de 2010, l’Église Adventiste du 7e jour Bethel renaît des décombres.  Lors d’une cérémonie inaugurale tenue le samedi 25 août, cette église vieille de 63 ans a vibré aux sons des hymnes à la gloire de Dieu.  Il était environ 8 heures du matin quand l’agitation régnait à la rue du Peuple. La circulation était bloquée. La curiosité piquée au vif.  Des agents de la Brigade d’intervention motorisée (BIM) et de la POLITOUR campaient dans les parages, afin d’assurer le bon déroulement de cette cérémonie solennelle.  Pour accueillir les gens, Bethel s’est refait une beauté extraordinaire. Tapis rouge, gerbes de fleurs, bouquets de ballons, selfies… Pour une fois, certains fidèles étaient présents avant l’heure, afin de trouver une place pour bien savourer ce moment.  Après avoir passé plusieurs années sous un hangar de fortune, les membres de Béthel sont en exultation pour saluer ce nouveau départ. Pour avoir posé la première pierre de construction en 2013, le pasteur Pierre Carporal estime que les dirigeants de cette église jouissent d’un grand privilège de la part du Grand Architecte de l’Univers.  Cette grâce, ajoute-il, n’est pas permis à tout le monde, en prenant l’exemple du roi David qui avait eu l’intention de bâtir un temple pour Dieu, mais qui n’a pas trouvé son approbation. En cette demi-journée de prière, fidèles et invités ont psalmodié le nom du Seigneur. Les chants et les prières s’élevaient dans l’enceinte. C’était un jour d’adoration, de témoignages pour tous les sacrifices consentis par leur communauté.  Pour arriver à l’achèvement de ce temple qui coûte 16 millions de gourdes, chaque membre a apporté sa pierre à la reconstruction. Ils ont fait montre de leurs compétences dans tous les domaines requis : ingénierie, maçonnerie, charpente et carrelage entre autres. Sur le plan financier, la participation des fidèles vivant en Haïti et ailleurs est à 80%, a déclaré le pasteur de l’église, Amoce Touseul, affirmant que même des églises sœurs en construction ont versé des offrandes.

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Close
%d bloggers like this: