accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Le secteur religieux se montre en désaccord avec le gouvernement

Dans une note rendue publique en date du lundi 9 juillet, la Conférence Épiscopale d’Haïti dit déplorer les actes de violence enregistrés, le week-end écoulé à travers le pays.  Elle s’indigne que certaines personnes aient pris la voie de la destruction des biens d’autrui pour faire passer leurs revendications. « Cette situation va contribuer à l’augmentation du taux de chômage dans le pays », indiquent les évêques de l’Église Catholique, regrettant les pertes en vies humaines enregistrées lors de cette protestation populaire.  « Ces actes de pillage, de vandalisme et la destruction des biens, ainsi que les pertes en vies humaines sont les résultantes de l’irresponsabilité de nos dirigeants”, fulmine la Conférence Épiscopale d’Haïti, dénonçant le fait que, depuis des décennies, la population sombre dans la misère. La CEH exhorte les autorités à assumer leurs responsabilités et à travailler à la stabilité sociale et économique du pays.  Elle invite la communauté internationale à cadrer leur accompagnement avec les besoins réels de la population haïtienne. Les évêques de l’Église Catholique plaident en faveur d’un dialogue constructif entre les différents protagonistes pour sortir Haïti du bourbier, selon cette note de la Conférence Épiscopale d’Haïti. De son côté, la Nonciature apostolique en Haïti se dit préoccupée par la fragilité de la situation sociopolitique du pays. Le Nonce Apostolique, Mgr. Eugène Martin Nugent, a exprimé ses sympathies envers les victimes de cette ébullition sociale, ainsi qu’à leurs proches.  Pour sa part, le révérend Pasteur Sylvain Exantus, Président de la Fédération protestante d’Haïti, recommande la démission du Premier Ministre afin de tenter de regagner la confiance de la population et de rétablir le calme au pays. « Si vous avez une équipe qui ne produit pas de résultats et qu’il y a des dérapages majeurs, elle ne devrait pas attendre qu’on lui demande de tirer sa révérence », a laissé entendre le président de la FPH. Il juge que la décision d’augmenter le prix des hydrocarbures à la pompe était inopportune et a été prise avec beaucoup de légèreté et d’inconséquence. Par ailleurs, les Évêques de l’Église Catholique, membres de la Conférence Épiscopale d’Haïti (CEH), ont déploré les émeutes ayant suivi la hausse des prix de l’essence.  « Nous déplorons toute la violence qui en a résulté sur les personnes et les biens. Cela fait du mal car nous savons combien il est difficile de construire. Détruire, brûler n’a jamais été une solution. Au contraire, cela crée plus de chômage dans le pays et une peur chez tous ceux qui voudraient investir pour générer des emplois. Les évêques demandent aux responsables du pays d’assumer leurs responsabilités. La réalité d’aujourd’hui est une conséquence de l’irresponsabilité de beaucoup de nos dirigeants. Car nous devons le reconnaître : la population souffre trop depuis des décennies. Le peuple est dans la misère, il est à bout, il n’en peut plus. Il y a longtemps qu’il espère et veut changer sa situation. Pour cela, il veut un pouvoir, un Gouvernement qui puisse entendre ses cris de détresse et travailler réellement à son bien-être.  Nous sommes à un carrefour où nous devons agir de manière urgente, comme peuple, et décider en tant que tel où nous voulons aller ensemble. Toutes les forces vives du pays doivent participer à ce dialogue constructif, précise un communiqué de la Conférence Episcopale.

 

Nòt Evèk Katolik yo nan peyi Dayiti Sou evenman yo ki rive nan wikenn 6 Jiyè 2018 la

Frè ak sè nou yo an Ayiti ak toupatou, tout moun ki vle byen pou Ayiti ak Pèp Ayisyen an,  « pran kouraj! Rete fèm! Pa pè, paske Bondye Gran Mèt nou an toujou avèk nou » (Deteronôm 31, 6).

 

  • 1.  Nou menm Evèk Katolik nan peyi Dayiti, nou salye nou tout, nan non Bondye lapè ki fè youn ak Jezi Kri gran frè nou, «li menm ki se Papa kè sansib ak tout konsolasyon ; se li tou k ap konsole nou nan tout tray nou yo, pou konsolasyon nou jwenn nan men lan ka tounen konsolasyon nou pote bay lòt yo tou » (2 Korentyen 1, 3-4).  
  • 2. Legliz Katolik nan peyi Dayiti, ansanm ak tout reskonsab li yo, ap swiv ak anpil atansyon sa k ap pase nan peyi a depi vandredi aprèmidi 6 jiyè, lè otorite Leta-a te pran desizyon pou monte pri gaz la.  Depi lè sa a, nou nan yon sitiyasyon pèsonn pa t ap tann. Tout peyi a bloke. Sa bay anpil soufrans, lapenn ak dlo nan je, anpil kote nan peyi a.
  • 3. Nou pa dakò ak tout kalite vyolans sa yo ki fèt sou moun ak byen yo. Sa fè nou mal anpil. Nou konnen kouman sa pran tan pou konstwi. Kraze brize, boule pa janm yon solisyon. Okontrè, sa kreye plis chomaj nan peyi a ak laperèz lakay moun ki ta vle envesti pou mete travay. Nou menm Legliz, nou pa p janm ankouraje pèsonn k ap detwi lavi moun, kraze ak piye byen lòt moun ak byen Leta a ki ta dwe byen nou tout.  
  • 4. Nou voye kondòleyans ak senpati nou bay tout moun ki viktim nan evenman sa yo, yon fason ou yon lòt. N ap lapriyè pou repo nanm tout moun ki jwenn lanmò nan sikonstans sa a. Nou mande tout otorite Leta nan peyi a pran reskonsablite yo.  Men nou pa ka rete sou konsekans yo sèlman, fò nou gade kòz yo tou, dekwa pou nou rive jwenn bon jan solisyon ki kapab mennen peyi a nan estabilite, nan lapè ak nan devlòpman materyèl, sosyal, ekonomik, kiltirèl, moral ak espirityèl. 
  • 5. Sitiyasyon n ap viv jounen jodi a, se rezilta ireskonsabilite anpil moun k ap gouvènen nou yo. Mezanmi, fòk nou rekonèt popilasyon an ap soufri anpil depi plizyè lane. Pèp la nan mizè, li pa kapab ankò! Sa fè lontan li bezwen e li vle chanje kondysion l ap viv la.  Se pou sa li vle tou yon Leta ak yon gouvènman k ap tande rèl li e k ap travay tout bon vre pou li. 
  • 6. Nan kalfou kote nou ye a, nou dwe prese prese aji ansanm kòm pèp pou nou deside kote nou prale.  E se tout fòs viv peyi a ki dwe patisipe nan chita pale sa a. Si tout moun pa ladan l, l ap vin pi difisil pou nou pran chimen devlopman ak lespwa ansanm. 
  • 7. Nou menm Evèk Katolik peyi Dayiti, nou solidè e n ap toujou rete solidè ak pèp Ayisyen an nan tout moman difisil l ap travèse, paske Bondye lavi n ap sèvi a ap toujou mache avèk nou. Li p ap janm lage nou (Izayi 43, 2).  Ak sekou Granmèt la ki ba nou fòs Lespri Sen an, nou pare pou nou kontinye fè tout sa nou kapab pou ede pèp la chanje kondisyion lavi l. E nou p ap janm tounen dèyè sou angajman sa a. 
  • 8. Nou konnen kominote entènasyonal la ap swiv sitiyasyon peyi a ak anpil atansyon.  Li ta bon pou yo kadre akonpayman y ap bay peyi a ak vrè bezwen majorite pèp k ap soufri a.  Nou pwofite remèsye yo pou tout èd y ap pote ak pou tout jefò y ap fè pou Ayiti ka pran wout devlopman tout bon vre a.  
  • 9. Nou menm Evèk katolik peyi Dayiti yo, nou di pèp la ak tout fòs konviksyon nou : « Nou pa bezwen pè. Nou se yon pèp Bondye renmen anpil. Anyen pa dwe fè nou pèdi kouraj» (Danyèl 10, 19). Pèp Aysyen !

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: