accueilActualitéEn brefNewsreel

Insécurité: le triste constat

La multiplication des affrontements entre les bandits armés dans les quartiers populaires de Martissant se poursuit en plein jour. Le samedi 9 juin, vers 10 heures du matin, des bandits armés de Cité de l’Éternel, dirigés par le Chef de gang nommé Arnel, ont attaqué la station de camionnette assurant le trajet Boulevard Harry (Zone Théâtre national) et marché Croix-des-Bossales, tuant un jeune homme et blessant plusieurs passagers. Ces derniers temps, les échanges de tirs entre les groupes armés à Martissant et Grand-Ravine sont devenus monnaie courante. Les forces de l’ordre sont de plus en plus dépassées par les techniques et les méthodes opératoires des bandits. Ceux-ci ont changé de mode pour mieux surprendre la police nationale. Entre temps, La 12ème Édition de l’indice mondial de la Paix (GPI), réalisée par l’Institut pour l’Économie et la Paix (IEP), un groupe de réflexion international, révèle que le monde est moins pacifique aujourd’hui qu’à tout autre moment au cours des dix dernières années. Dans cet indice 2018, Haïti est classée 88e sur 163 pays, en recul de cinq (5) places par rapport à l’indice de 2017. L’IEP explique que leurs recherches visent à aider les pays à comprendre la dynamique complexe de la paix et à fournir au monde une feuille de route pour créer un avenir plus pacifique. Le rapport couvre 99,7 % de la population mondiale et utilise 23 indicateurs qualitatifs et quantitatifs provenant de sources hautement respectées pour compiler l’indice. Ces indicateurs sont groupés en trois domaines clés : le niveau de sécurité de la société ; l’ampleur des conflits intérieurs et internationaux en cours et le degré de militarisation.

 

Par ailleurs, dans la nuit du mercredi 6 au jeudi 7 juin, à la prison civile de la Croix-des-Bouquets, trois (3) prisonniers se sont évadés en sciant les barreaux de leur cellule. Il s’agit de Daniel Bélan, Rodrigue Georges et Jocelyn Doccice, tous les trois incarcérés pour vol. Un 4e détenu condamné à perpétuité, qui se trouvait dans la même cellule, a été capturé par les agents pénitenciers, a confirmé le Commissaire du Gouvernement de la Croix-des-Bouquets, Me Yvon Jean Noël. Selon les aveux du détenu intercepté, cette évasion avait été longuement et minutieusement préparée. Pour l’instant, les trois prisonniers en cavale, dont un récidiviste de l’évasion, sont activement recherchés par la Police Nationale d’Haïti (PNH) qui précise que ces individus n’ont volé aucune arme au Centre Pénitencier, avant de disparaître dans la nature.

 

Dans la commune de Carrefour, au moins cinq (5) personnes ont été tués dans la nuit du 4 au 5 juin 2018. « Deux (2) jeunes garçons ont été assassinés à Waney 93, non loin d’un night-club. Un 3e a été abattu à Brochette, près du Resto-club très connu, la Piscina. Une 4ème personne a reçu plusieurs balles, elle a essayé de s’échapper mais a succombé à Brochette 97, non loin d’une station de motocyclettes. Un jeune garçon a été retrouvé mort, à Arcachon 32, au bord de la mer. Cela semble un cas de noyade », a déclaré le commissaire de police de Carrefour, Monod Charles.

 

Dans la même lignée, dans la commune de Saint-Michel de l’Attalaye, un enfant de 9 ans, a été enlevé puis lynché par ses ravisseurs qui exigeaient une somme de 200 000 dollars à ses parents. La fillette répondant au nom de Andiolyte Annycil, a été kidnappée sur la place publique de la commune, le 1er juin. Le cadavre de la fillette a été découvert le 4 juin 2018 par un cultivateur de la commune. Il a appelé les voisins après avoir remarqué un bout de bras dans son jardin où les ravisseurs ont jeté le corps dans un sac après l’avoir mutilé. De plus, dans la 6e circonscription de Saint-Michel de l’Attalaye, une femme, Maudiane Pierre, a été lynchée par son mari pour avoir refusé de coucher avec lui. Maudiane a succombé à ses blessures, quelques heures plus tard, au centre de santé de la commune, à en croire l’un des enfants du couple qui serait âgé de plus de 50 ans qui a confirmé la nouvelle à Vision 2000. Selon ses dires, son père et sa mère vivaient ensemble depuis longtemps et auraient au moins 10 enfants.

 

Une jeune femme de 25 ans a été retrouvée morte, le jeudi 7 juin, dans sa résidence à Caracolie 2, un quartier populaire de Jérémie. Selon l’officier du parquet, la justice est à la recherche de son partenaire, Daryl Jean Louis, qui ne s’est pas présenté à son poste de chauffeur à Médecins du monde. Il s’est tout simplement évaporé dans la nature depuis la tragédie. La victime a été retrouvée dans son appartement fermé à clef, qu’elle partageait avec son concubin depuis environ deux ans. Selon les dires des responsables policiers et judiciaires dont le commissaire du gouvernement Bergemane Sylvain, Lourdine Michel avait été retrouvée le cou transpercé par un projectile. Des deux orifices laissés par la balle dont la douille a été retrouvée sur le parquet, le sang avait jaillit pour souiller le sol jusqu’en direction de la porte de sortie. Par ailleurs, le jeudi 6 juin, selon le bilan présenté par le Commissaire divisionnaire, Jean Claude Benjamin, porte-parole de l’Inspection Générale de la Police Nationale d’Haïti (IGPNH), durant le mois de mai 2018, 69 plaintes ont été déposées contre des policiers impliqués dans des actes répréhensibles. 24 recommandations de suspensions et 4 renvois ont été formulés par l’Inspection Générale, alors que 6 policiers ont été mis en disponibilité et trois placés en isolement, selon ce qu’a fait savoir encore le porte-parole adjoint de l’institution. Le commissaire divisionnaire a également fait état de 556 actes d’enquêtes réalisés pour 165 convocations, 93 auditions, 34 enquêtes de voisinage, 37 invitations, 17 confrontations et 178 rétentions de chèques.

Saintus Emmanuel

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: