accueilCoup d'oeil sur le monde

Taïwan, visite bâclée de Jovenel Moïse

Alors que de nombreux pays, (plus de 50) dont la République Dominicaine, le Honduras et Burkina Faso, ont rompu leurs relations diplomatiques avec Taïwan, Jovenel Moïse, pour confirmer sa loyauté envers cet État que la République populaire de Chine considère comme une de ses provinces actuellement en rébellion, a rendu visite au gouvernement de cette île, le samedi 26 mai 2018. Son séjour officiel s’achevait le samedi 2 juin 2018. Le président Jovenel Moïse, de retour au pays le samedi 2 juin, a donné au Salon diplomatique de l’aéroport international Toussaint Louverture, une conférence de presse autour des grands points traités en marge de son séjour à Taïwan. Le lundi 28 mai, le président Jovenel Moïse avait rencontré les étudiants haïtiens à Taïwan qui poursuivent des études, entre autres, en génie, agronomie, sciences et finance. Croyant tous qu’ils peuvent aider au développement de leur pays, ces étudiants dont certains sont déjà engagés dans le monde des affaires à Taïwan, ont profité de la visite du Chef de l’État pour exprimer leur envie de revenir en Haïti, en vue de participer à son expansion économique. Dans la soirée, le Chef de l’État avait été convié à un dîner avec la délégation haïtienne, offert en son honneur et organisé autour du thème de la promotion des investissements taïwanais en Haïti. Mardi 29 mai, le Chef de l’État a participé à la signature d’un communiqué conjoint avec la Présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, qui vise au renforcement de la coopération bilatérale dans de nombreux domaines. Le communiqué mentionne notamment l’établissement d’un groupe de travail de haut niveau qui rédigera dans les 60 jours, de nouveaux termes de coopération pour le développement économique et infrastructurel en Haïti, ainsi que des moyens potentiels d’attirer plus d’investisseurs taïwanais. Dans la soirée, il s’est entretenu avec le secteur privé taïwanais qui a exprimé son intérêt de venir investir en Haïti, si au moins deux conditions sont réunies : la stabilité politique et l’énergie électrique. Le mercredi 30 mai, Jovenel Moïse s’est rendu à Taichung (Centre-Ouest de l’île), la deuxième ville industrielle de Taïwan où il a visité l’un des trois plus gros parcs technologiques et scientifiques de Taïwan. Ces parcs sont orientés dans les domaines de la biotechnologie, la robotique et l’intelligence artificielle et ont déjà attiré plusieurs milliards de dollars américains d’investissements. Dans le secteur des infrastructures électriques, le Président a effectué une visite de deux importantes usines électriques : la première dispose d’un barrage hydroélectrique d’une capacité de 2 600 mégawatts, la deuxième possède une importante infrastructure produisant de l’énergie éolienne et solaire. Le Chef de l’État en a profité pour réitérer sa promesse de juin 2017, d’alimenter tout le pays en courant électrique 24h/24, avec des compteurs prépayés, sans un mot sur sa rencontre avec les responsables de la « Taïwan Power Company » et son projet d’électrification de 800 MW en Haïti. Enfin, Moïse a également signalé sa rencontre avec les responsables du ministère de la Défense taïwanais, sur la gestion des catastrophes naturelles et sur le renforcement de l’armée et de la Police nationale. Par ailleurs, le Chef de l’État a promis de rendre disponible, gratuitement, l’internet haut débit pour tous ceux qui fréquentent l’aire du Champ-de-Mars. « Au moment où je vous parle, Haïti a besoin de 800 mégawatts. Il est inconcevable que sur chaque 100 Haïtiens, moins de 30 ont accès à l’électricité. », avait déclaré Jovenel Moïse au cours de sa visite à Taïwan Power Company, devant des responsables et des techniciens. À rappeler que le ministre de la Communication, Guyler C. Delva, avait déclaré après l’annonce de la rupture dominicaine : « chaque pays est dirigé d’une manière ou d’une autre, mais pour l’instant, c’est avec Taïwan qu’Haïti entretient des relations diplomatiques ». Haïti pourrait, en cette occasion, formuler plusieurs demandes de prêts que Taïwan ne pourra peut-être pas accorder. « Il va sans dire que des demandes seront faites lors de la prochaine visite de Moïse, ou peut-être que les deux parties ont elles déjà conclu un accord. Mais, dans les deux cas, le montant d’argent impliqué pourrait être très important » avait déclaré Yang Cheng-ta, ancien Ambassadeur de Taïwan en Haïti. Et de poursuivre que cette visite serait liée à un accord financier, notamment à un prêt à faible taux d’intérêt de 150 millions de dollars pour le secteur de l’énergie.

Saintus Emmanuel

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: