En brefNewsreel

Sommaire : 29 Mai 2018

Lancement de la Ligue des Jeunesses Socialistes par l’ASO

Le parti Alternative Socialiste (ASO) a lancé sa structure de jeunesse dénommée : Ligue des Jeunesses Socialistes, ayant pour mission fondamentale d’encadrer l’engagement des jeunes, en termes de formations politique et professionnelle, et de permettre la vulgarisation des idéaux socialistes. Le coordonnateur de l’Alternative Socialiste (ASO), Jean-Paul Bastien, assure que la Ligue des Jeunesses Socialistes devra permettre aux jeunes qui l’intègrent, de mieux appréhender les idéaux socialistes de solidarité, de justice sociale et de participation citoyenne dans les communautés auxquelles ils appartiennent. Jean-Paul Bastien qui affirme qu’Haïti est un pays essentiellement socialiste de par son histoire et ses luttes, croit que cette structure de jeunesse sera, pour le parti, un énorme vivrier de nouveaux dirigeants qui auront à « prendre des gallons », en s’engageant dans la Ligue des Jeunesses Socialistes. Il a fait savoir que les milliers de personnes dûment inscrites dans ce parti, sont comprises dans la tranche 20-45 ans, jusqu’à 90 %.

 

Planter 20 millions d’arbres en quatre (4) ans

Le mouvement écologique citoyen, appelé : «Inisyativ 5 x 4», a pris naissance à la suite du désastre écologique, causé par le passage de l’ouragan Matthew dans le Grand Sud et la Grande-Anse. Cette initiative ambitionne de reconstituer les réserves en arbres fruitiers et forestiers, particulièrement dans la Grande-Anse, d’où l’objectif de planter 20 millions d’arbres en quatre ans. Les « promoteurs » de ce projet, les agronomes Philippe Mathieu (ex-ministre) et Raymond Lerebours, expliquent que cette initiative écologique préservera nos réserves d’eau, d’arbres et autres ressources naturelles. La Journée Verte du 18 mai dernier a donc été l’occasion d’organiser sur l’autoroute de Delmas et des environs, « une parade verte » et un concours de pépinières à Saint-Louis-de-Gonzague, pour une trentaine d’écoles partenaires de l’initiative. Ce concours a donc permis de produire un million de plantules. Inisyativ 5×4, où l’exercice de planter devient un plaisir, est un prétexte pour la consolidation du tissu social. Les responsables financiers de cette organisation, Leslie Gervais et Claire Édith Mathieu, ont fait part de la dimension sociale et civique de cette démarche vise, en outre, à reconstruire le patrimoine humain et à renforcer le tissu social haïtien : « Reconstruire Haïti passe impérativement par la reconstruction des jeunes haïtiens » croient-ils.

 

L’Université américaine d’Oregon forme des professeurs d’anglais en Haïti

L’Université de la technologie d’Haïti et l’Université d’Oregon des États-Unis ont formé, durant cinq (5) jours, une trentaine de professeurs à de nouvelles techniques d’apprentissage de la langue anglaise en Haïti. Des professeurs d’écoles secondaires et de cycles universitaires ont assuré avoir désormais une meilleure maîtrise des techniques de transmission de la langue anglaise. Selon le professeur Séguindé Saint-Hilaire de l’UNITECH, la méthodologie utilisée dans les écoles haïtiennes est la principale cause du fait qu’après avoir bouclé le cycle secondaire, les élèves n’arrivent pas à parler l’anglais couramment, pour la plupart. Cela s’explique par le fait que les professeurs n’enseignent pratiquement aux écoliers que le vocabulaire et les règles de grammaire. Les nouvelles techniques préconisent justement la création d’un environnement propice aux échanges en anglais, à travers des ateliers et des exercices favorisant l’expression orale, selon le Dr Andy Halvorsen, représentant de la faculté d’Éducation et de Linguistique de l’Université d’Oregon, qui a assuré la formation.

 

Désignation d’un représentant du secteur des droits humains au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

La Commission épiscopale nationale Justice et Paix (CE-JILAP), chargée de conduire le processus devant aboutir à la désignation de trois (3) personnalités à proposer au Protecteur du Citoyen pour le choix d’un représentant du secteur au Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), a fait savoir que le processus se déroulait dans la plus grande clarté. Le responsable du Bureau des Organisations de défense des droits humains (BODDH), Jaccéus Joseph, avait suggéré un certain manque de transparence, faisant savoir qu’il n’avait pas été contacté par la JILAP. La directrice exécutive de la CE-JILAP, Jocelyne Colas Noël, a assuré, pour sa part, que le processus de désignation du représentant du secteur des droits humains au CSPJ se déroule en toute clarté et dans la plus grande transparence.

 

Intensification des actions contre la détention préventive prolongée

Les autorités judiciaires dans la juridiction de Port-au-Prince annoncent des dispositions pour combattre la détention préventive prolongée. Le doyen du tribunal de première instance de la Capitale, Bernard Saint-Vil, informe que le nombre d’audiences a été revu à la hausse. Cette disposition permettra aux juges de statuer sur un plus grand nombre de dossiers. Le magistrat se dit effrayé par la forte hausse du nombre de cas de détention préventive prolongée. Depuis quinze (15) jours, les juges prennent siège également le samedi. Quinze (15) affaires ont été entendues dans cinq (5) salles d’audiences, le samedi 12 mai 2018. Dans le cadre de cet aménagement, des audiences de correctionnelles sont entendues le samedi, afin de faciliter le jugement de plusieurs dossiers. Le doyen fait remarquer que la lutte contre la détention préventive doit être réalisée sur les aspects conjoncturel et structurel. Il prône notamment le jugement le même jour des personnes appréhendées. Pour cela, il révèle qu’une permanence a été instituée au cabinet d’instruction, avec la présence de trois juges. Il assure avoir encouragé le chef du Parquet à appliquer la loi du 6 mai 1927 qui permet le jugement d’une personne le même jour.

 

Le président rencontre des membres du secteur privé

Le lundi 21 mai 2018, le Président de la République, Jovenel Moïse, accompagné des ministres des Finances, de l’Agriculture et du Commerce, a rencontré au Palais National, un groupe d’investisseurs du secteur privé des affaires, sur la nécessité de dynamiser la production nationale, afin de favoriser le développement économique du pays. « Conscient du rôle fondamental que doivent jouer les investisseurs locaux dans le processus de création de richesses au profit de l’essor économique d’Haïti, le Président Jovenel Moïse entend tout mettre en œuvre pour faciliter la participation du secteur privé des affaires à la mise en place des mécanismes devant aboutir à l’accroissement de la production nationale de biens et de services », peut-on lire dans un communiqué de la présidence.

 

Moïse évalue les travaux de la Caravane

Au cours des derniers jours, le président haïtien, Jovenel Moïse, a effectué des déplacements dans plusieurs régions, afin d’évaluer l’état d’avancement des travaux d’infrastructures, dans le cadre de la Caravane du Changement. Jovenel Moïse avait eu des séances de travail avec des autorités locales de l’Ile-à-Vache, afin d’évaluer les besoins de la population. Il a exprimé sa volonté de poursuivre les travaux réalisés dans cette commune par les administrations précédentes qui souhaitaient faire de cette île, une destination touristique. Au cours des derniers mois, le président Moïse avait déjà distribué des équipements lourds pour la réalisation de travaux publics. Dix (10) mois après le lancement de la Caravane dans le Sud, le chef de l’État est satisfait des travaux réalisés. Les travaux sur l’Ile-à-Vache sont inscrits dans le cadre de la programmation de la Caravane du Changement dans le Grand Sud, incluant les infrastructures routières, agricoles et environnementales.

 

Denis Régis recommande le respect du droit international

Le débat sur le respect du droit international, dans le contexte du maintien de la paix et de la sécurité internationale, a donné lieu, le 17 mai 2018, à une vaste réflexion sur le rôle des acteurs qui appliquent ce droit, en premier lieu : le Conseil de sécurité. Des recommandations lui ont été adressées, en vue de passer à une ère de prévention et pour une vraie responsabilisation face aux crimes internationaux les plus graves. Dans son intervention, l’ambassadeur d’Haïti, Denis Régis, a jugé opportun de « faire franchir » au droit international, une nouvelle étape qui tient compte de la nature nouvelle et de la complexité des conflits, de l’émergence de nouveaux acteurs non étatiques, des nouvelles menaces dont celles du terrorisme et de la multiplication des foyers de crises. Il a aussi milité pour l’incorporation du droit international, des droits de l’homme et du droit humanitaire dans les législations nationales, arguant qu’une aide pourrait être fournie aux États qui en font la demande. Il a également estimé que la crédibilité de l’ONU et de ses organes principaux : dont le Conseil de sécurité, sortirait renforcée, si l’on mettait fin à l’asymétrie souvent dénoncée dans la capacité de riposte et le traitement des crises et des conflits.

 

Rencontre du ministre Fleurant avec la nouvelle responsable de l’OCHA en Haïti

Le mercredi 16 mai 2018, le ministre de la Planification et de la Coopération externe, Me Aviol Fleurant, a reçu la visite de la nouvelle responsable du Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) en Haïti, Mme Salima Mokrani. Cette première rencontre avec le titulaire du MPCE a été l’occasion pour la nouvelle patronne de l’OCHA d’exprimer sa compréhension de la situation humanitaire en Haïti et de présenter, du même coup, ses perspectives d’avenir. Dans son intervention, le ministre Aviol Fleurant a rappelé qu’Haïti se situe sur la trajectoire cyclonique et est traversée par des failles sismiques. «Il faut construire la résilience», a-t-il martelé. «Le gouvernement le fait, en intégrant les risques et les aléas climatiques dans les politiques publiques», a-t-il renchéri. «L’objectif est la transition de l’humanitaire vers le développement. C’est le vœu de l’administration politique Moïse-Lafontant».

 

Lancement de la Quinzaine du livre 2018

Le ministère de la Culture et de la Communication (MCC) et ses partenaires de Livres en folie ont lancé, le mardi 15 mai dernier, au Musée du Panthéon National Haïtien (MUPANAH), la Quinzaine du Livre, en prélude à la 24e édition de Livres en Folie (LEF), la plus importante foire du Livre en Haïti. D’entrée, Frantz Duval, le rédacteur en chef du Nouvelliste, précise que “plus d’une soixantaine de manifestations culturelles sont prévues dans le cadre de l’édition 2018 de Livres en Folie, que ce soit dans la capitale Haïtienne ou dans plusieurs villes de province ainsi qu’à l’étranger. Le directeur dudit quotidien, Max Chauvet, quant à lui, dit souhaiter que «l’édition de cette année soit l‘occasion de montrer la diversité et la créativité de nos écrivains et penseurs. Aussi, conclut-il, la 24ième édition de Livres en Folie sera l’occasion de partager la force et la vitalité du livre en Haïti». Pour sa part, le directeur général du MCC, M. Jean Michel Lapin, qui représentait le ministre de la Culture et de la Communication, M. Guyler C. Delva, à cette conférence de Presse, s’est félicité du fait que l’État continue d’apporter son support, depuis maintenant plus de dix ans, à cette importante initiative.

 

Les destinations touristiques des Caraïbes

Face à la vulnérabilité que représentent les États des Caraïbes aux risques de catastrophes naturelles, la thématique du relèvement post-désastre a été à l’ordre du jour, le jeudi 17 mai 2018, dans l’une des causeries organisées au sommet sur les investissements de la Caribbean Hotel and Resort Investment Summit (CHRIS). La titulaire du ministère du Tourisme a émis sa judicieuse opinion en arguant qu’Haïti, à travers des institutions dont : l’Office de la Protection Civile, établit un système très sérieux de contingences. Du 16 au 18 mai 2018, une délégation présidée par la ministre du Tourisme et composée de représentants du bureau de la Présidence, du Centre de Facilitation des Investissements (CFI), du ministère du Tourisme a participé au sommet annuel de la Caraïbe sur les investissements dans les établissements hôteliers, organisé à Miami, en Floride. «Par cette participation, la délégation haïtienne promeut la destination haïtienne, en montrant aux investisseurs présents, les opportunités multiples qui existent dans le pays et dans le secteur du tourisme». C’est ce que montrent les statistiques récentes, et c’est le credo du gouvernement et de la ministre du Tourisme, Mme Colombe Émilie Jessy Menos. Signalons également que des membres du secteur privé touristique font partie de la délégation pour rendre compte du partenariat public-privé. Caribbean Hotel Resort and Investment Summit (CHRIS) est une plateforme annuelle, regroupant des investisseurs de renom des Caraïbes et des États-Unis d’Amérique, pour la promotion de l’investissement immobilier touristique.

 

Le secteur de l’hôtellerie et du tourisme, renforcé

La ministre du Tourisme, Mme Colombe Émilie Jessy Menos, a participé, le dimanche 13 mai 2018, à la cérémonie de collation de diplômes de la promotion sortante baptisée ” Promotion Dumarsais Estimé ” de l’institution de formation professionnelle et technique Wonderful Institute, dans les domaines de l’hôtellerie et du tourisme. En effet, les étudiants de Wonderful Institute ont jeté leur dévolu sur la ministre du Tourisme, Mme Menos, comme marraine de la promotion, en fonction du thème choisi par la ministre pour la compagne de sensibilisation par rapport au tourisme, et baptisée «Zafè Touris se Zafè Tout Moun«. D’un autre côté, cette décision a été prise en raison du choix de la période de Dumarsais Estimé pour mettre l’accent sur l’aménagement touristique des territoires, et la planification et l’animation des événements, comme principale activité pour le développement des attraits touristiques, l’intégration et la participation de la population haïtienne – dans le développement du tourisme. Enfin, aux dires des étudiants de la promotion 2016-2018 de Wonderful Institute, le choix de la ministre en tant que marraine, a été faite en raison de la place qui est accordée à la formation, aux arts et aux métiers de l’hôtellerie et du tourisme, ainsi qu’au développement des petites et moyennes entreprises dans le domaine.

 

Guyler Delva défend Jovenel Moïse

Lors d’une conférence de presse, le mercredi 23 mai, le tout nouveau ministre de la Culture et de la Communication s’est prononcé sur le dossier de blanchiment d’argent visant le président de la République, Jovenel Moïse. Alors que des organisations de droits humains expriment leur indignation à la suite de l’ordonnance de non-lieu rendue par le juge d’instruction Brédy Fabien dans l’affaire de corruption impliquant le chef de l’État, Guyler C. Delva, lui, souligne la justesse d’une telle décision. Le ministre a qualifié de sans fondement et de politiques, les accusations de blanchiment d’argent portées contre Jovenel Moïse. « Il n’y a pas matière à poursuivre le président Jovenel Moïse », a tranché Guyler Delva, saluant ainsi le réquisitoire définitif du commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, dans lequel Clamé Ocnam Daméus a recommandé un non-lieu en faveur du chef de l’État.

 

Le Festival Nouvelles Vues Haïti

L’Institut Français d’Haïti a reçu, le lundi 21 mai 2018, la cérémonie d’ouverture de la deuxième édition du Festival Nouvelles Vues Haïti. Cette cérémonie s’est déroulée autour d’un cocktail suivi de la projection du film, ‘‘Port-au-Prince, Dimanche 4 Janvier’’ de François Marthouret. Les activités de ce festival ont duré jusqu’au dimanche 27 mai 2018. Lancé en 2017, le Festival Nouvelles Vues Haïti est une initiative de l’association SineNouvèl. Toujours dans la poursuite de leur objectif qui est d’encourager et de promouvoir la création cinématographique et les échanges interculturels, ce festival est un rappel aux autorités pour dire que les salles de cinéma sont essentielles à la production cinématographique en Haïti. Cette nouvelle édition accueille, encore une fois, deux invités d’honneur : la réalisatrice et productrice Rachèle Magloire, et l’acteur de renom, Jimmy Jean-Louis.

 

Une infirmière d’origine haïtienne gagne 28 millions USD

Gessy Toussaint, une infirmière haïtienne-américaine, vient d’être récompensée d’une somme de plus de 28 millions de dollars, par un Jury, à l’issue d’un procès contre Brigham et Women’s Hospital, pour discrimination et représailles, a rapporté le Boston Globe. Il s’agit du plus grand verdict de ce type dans le Massachusetts, selon plusieurs avocats. Gessy Toussaint, actuellement âgée de 70 ans, avait poursuivi l’hôpital en 2014. Dans sa plainte, elle décrivait comment, après avoir défendu une autre infirmière haïtienne, victime d’abus verbal, elle a été visée par Brigham et qu’elle avait subi de nombreuses enquêtes pour avoir « prétendument » fourni de mauvais soins à des patients. En fin de compte, en guise de délibération, le jury de la Cour supérieure du Suffolk a déclaré que Toussaint n’a pas prouvé la discrimination raciale, mais a convenu que Brigham et Mary Ann Kenyon étaient coupables de représailles. Elle a donc été récompensée d’une somme de plus 28 millions de dollars dont la plus grande partie – 25 millions de dollars – était pour des dommages punitifs.

 

Sénatus dénonce les sénateurs qui ne viennent plus aux séances

En quatre mois, seulement quatre (4) textes de loi ont été votés au Sénat qui va entamer sa deuxième semaine d’inactivité. Un bilan particulièrement maigre attend nos parlementaires pour la première session ordinaire. C’est une situation dénoncée par le sénateur de l’Ouest, Jean Renel Sénatus, qui condamne le comportement de certains de ses collègues sénateurs de la majorité progouvernementale qui, dit-il, ne se présentent presque jamais aux séances. La dernière réunion de travail du grand Corps remonte au 8 mai dernier, se souvient-il. Quant aux raisons étant à la base de ce dysfonctionnement du Sénat, malgré la présence d’une majorité, «Zokiki» y va d’un ton précautionneux. « Je ne pense pas qu’il y ait majorité au sénat sinon il serait à même de fonctionner. La majorité compte plus que 16 sénateurs tandis que cette majorité est plus absente que tout autre groupement. Quand j’étais dans le groupe “minorité”, les 9 sénateurs venaient chaque jour au Sénat pour travailler », a conclu le sénateur de l’Ouest.

 

L’ONACA veut soutenir la résolution des conflits terriens à Jacmel

Dans le cadre d’un projet relatif au montage du système d’informations cadastrales, le directeur Général de l’Office National du Cadastre, l’ingénieur Frérel Normil, s’est entretenu, le mercredi 23 mai, avec une vingtaine de notaires et d’arpenteurs de la ville de Jacmel. Ces derniers ont été renseignés sur ce projet de montage de système d’informations de cadastres implanté par l’ONACA dans le quartier Lamandou, en mars dernier. Le directeur de l’ONACA croit que ce système devra permettre à l’État haïtien de résoudre les conflits terriens dans le département et favoriser le développement des communes. Ce projet-pilote, selon l’ingénieur Normil, vise à augmenter l’assiette fiscale ; réduire les conflits terriens ; attirer les investisseurs, réduire les constructions anarchiques, en déterminant des zones aptes à la construction, les zones touristiques et les zones agricoles. Rappelant la mission de l’institution qu’il dirige en Haïti, Frérel Normil appelle la population à la collaboration, afin que le projet de montage du système d’informations puisse être une réussite. Soulignons que les conflits terriens sont de plus en plus récurrents, ces derniers temps, dans le pays. Pas un jour ne se passe sans que des individus ne dénoncent d’autres personnes qui veulent, disent-ils, les déposséder de leur terre.

 

Le DG de la DINEPA, blâmé par le ministre des Travaux publics

Le Directeur Général de la Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (DINEPA), Guito Edouard, s’est fait remonter les bretelles par son ministre de tutelle, Fritz Caillot. En effet, dans une correspondance adressée en date du 17 mai et reçue par la DINEPA le 21 mai , le titulaire du MTPTC a reproché à Guito Edouard des propos irrévérencieux, le comportement irrespectueux et l’arrogance qu’il a manifestés, lors d’une conversation avec le président du conseil de l’Administration de la Direction Nationale d’Eau Potable et de l’Assainissement relative à son initiative « personnelle » de construire un bloc sanitaire sur la place St-Pierre à Pétion-Ville, dans le cadre d’un projet de renforcement des infrastructures sanitaires. Estimant que le directeur général de la DINEPA a « failli aux règles de la déontologie, le ministre des Travaux publics, Transport et Communication (MTPTC), a souligné pour le numéro 1 de la DINEPA, l’obligation qui lui est faite par l’article 124 du décret du 17 mai 2005 portant organisation de l’administration centrale de l’État, de soumettre pour approbation du Conseil d’administration, le programme d’activités de la DINEPA.

 

2 employés de l’OAVCT, arrêtés lors des manifestations, sont libérés

Les deux employés de l’Office d’assurance des véhicules contre tiers (OAVCT), écroués au Pénitencier national depuis le 27 avril dernier, ont été libérés dans l’après-midi du mardi 22 mai 2018. Junior Jean-Baptiste et Jean Cadet Philistin ont bénéficié d’une main levée d’écrou, à la suite d’une action en habeas corpus, intentée par leur avocat, d’après ce qu’a fait savoir la directrice exécutive de la « Fondation Je klere », Marie Yolaine Gilles. Jean Cadet Philistin se réjouit de sa relaxation et de celle de son collègue, estimant que leur arrestation était illégale. Ils remercient tous deux, la Fondation Je Klere pour son accompagnement, la presse et leurs collègues de l’OAVCT qui les ont soutenus. Par ailleurs, Junior Jean-Baptiste et Jean Cadet Philistin appellent la justice haïtienne à plancher sur les causes des milliers de prisonniers qui croupissent dans les cellules du plus grand centre carcéral du pays, sans être jugés.

 

Des démarches en vue de la régularisation des sans-papiers haïtiens au Chili

Trois ministres du gouvernement de Jack Guy Lafontant, dont ceux des Affaires étrangères, Antonio Rodrigue, de l’Intérieur, Rénaldo Brunet, et de la Justice, Jean Woudy Aly, ont été entendus par la commission Intérieur du Sénat, au sujet du dossier de la régularisation des sans-papiers haïtiens au Chili, le jeudi 24 mai 2018. La commission voulait s’enquérir des démarches du gouvernement en ce sens. Selon cette commission sénatoriale, une équipe de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et de l’Office national d’identification (ONI) sera présente au Chili, de sorte à fournir aux Haïtiens, les documents qui leur sont nécessaires pour produire leur demande de visa.

 

Le passeport haïtien, très mal placé au classement de 2018

Le passeport haïtien est toujours très mal placé dans le classement établi par le rapport de « Nomad Passport Index 2018 ». Présentant un score de 53 points sur 200, Haïti et la République d’Afrique Centrale se trouvent au 160e rang au niveau mondial, sur 199 pays. Les Dominicains, eux, occupent la 120e position avec 62 points. Pour l’Amérique Latine, le passeport chilien vient en tête avec un score qui lui gratifie la 32e place, au niveau mondial. Le passeport américain n’est que 35e, tandis que celui du Canada, 13e, suit le passeport français qui reste 12e. Parmi les 10 meilleurs passeports, Luxembourg, 1er avec au compteur : 109,5 points, est poursuivi par l’Irlande (109 points), la Suisse (109 points), le Portugal (108,5 points), la Suède (108 points), l’Italie (108 points), l’Espagne (108 points), la Finlande (108 points), le Danemark (108 points) et l’Allemagne (107,5 points). Toutefois, le pire passeport à porter pour l’année 2018 demeure celui de l’Afghanistan, bon dernier au 199e rang au niveau mondial.

 

Une première bougie pour l’Association des consommateurs haïtiens

Célébration, le mardi 22 mai, du premier anniversaire de la Solidarité Active à la Lutte des Consommateurs Haïtiens. Israël Jacky Cantave et Yvener Foester Joseph, deux responsables de SALCONH, ont dressé un bilan positif de cette première année et annoncé l’implantation de plusieurs bureaux de l’Association dans des villes de province, notamment à Jacmel, à Ouanaminthe et à Fond-Parisien. SALCONH a un bureau à la rue Marcelin où les consommateurs victimes peuvent déposer des plaintes. D’autres bureaux seront bientôt installés, notamment dans des mairies de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, promettent les responsables qui prévoient aussi des séances de formation à l’intention des consommateurs.

 

La BNH et America Solidaria veulent promouvoir les droits de l’Enfant

La Bibliothèque Nationale d’Haïti, qui vient de célébrer le 26 mars dernier ses 78 ans, a accueilli, ce mercredi 23 mai 2018, quelques représentantes de la Fondation America Solidaria. Cette fondation qui milite pour la réduction de la pauvreté infantile en Amérique Latine, était venue discuter avec les responsables de la BNH, des possibilités de collaboration dans le cadre d’un projet de promotion des droits de l’Enfant. Avant sa rencontre avec les responsables de cet organisme, sous le leadership de Mme Franceline Cadet Robas, la Bibliothèque a déjà accueilli et réalisé plusieurs grands événements, en cette première moitié de l’année. Par exemple, durant le mois d’avril, à l’occasion des 82 ans du célèbre écrivain-peintre, chanteur et comédien haïtien, Frankétienne, la Bibliothèque Nationale d’Haïti a rendu un digne hommage, non seulement au personnage mais également, au patrimoine historique et culturel que représente l’œuvre du natif de Bel-Air.

 

Des enfants orphelins, victimes de trafic d’êtres humains en Haïti

Dans les dessous des bienfaits apparents qu’offrent les centres d’hébergement des orphelins et/ou des enfants de rues en Haïti, se cachent une pratique lugubre qui a commencé à augmenter depuis après le séisme du 12 janvier 2010. Il s’agit du trafic illicite et immoral d’enfants. Un reportage vidéo, diffusé en date du 17 mai 2018 par le journal ARTE, révèle qu’en Haïti, il existe des orphelinats qui fonctionnent en toute clandestinité, afin « d’éviter les contrôles et d’attirer des dons d’ONG internationales ». Dans le reportage en question, l’on précise en outre que « les orphelins, en plus d’être exploités, sont au cœur d’un trafic d’êtres humains ». Dans la foulée du phénomène de trafic d’êtres humains qui constitue un problème d’actualité mondiale depuis des lustres, cette autre forme de traite visant les enfants est définie par l’Organisation Internationale du Travail (OIT) comme « toute pratique en vertu de laquelle une personne de moins de 18 ans est remise, soit par ses parents, soit par son tuteur, à un tiers, contre un paiement ou non, en vue de l’exploitation de ladite personne ou de son travail ainsi que tout acte de commerce ou de transport dont ladite personne ferait l’objet ». Haïti, étant un pays pauvre où la précarité bat son plein chez une grande majorité de la population, n’est pas exempte de cette pratique qui va à l’encontre du respect des droits humains, notamment des droits de l’Enfant. Au fait, ce fléau mondial est beaucoup plus présent dans les coins du monde ravagés par la pauvreté, les conflits armés, entre autres causes fondamentales.

 

Un nouveau décès à la prison civile de Petit-Goâve

Encore un décès dans la prison civile de Petit-Goâve. Jeff Attis, un jeune détenu de 21 ans, vient rallonger la liste des détenus décédés à l’intérieur des cellules du commissariat de la Cité de Faustin Soulouque. Jeff a dû être transporté par des responsables du commissariat à l’hôpital Notre-Dame maintes fois, pour cause de maladies récurrentes. Sa dernière visite à ce centre hospitalier date du samedi 19 mai puis. il a rendu l’âme dans la nuit du 19 au 20 mai 2018. Le juge de Paix suppléant de la zone, Jean Jude Léandre, a dressé le constat légal du décès et a ordonné que le cadavre de Jeff soit transféré à la morgue de l’hôpital sur les lits duquel allongeait le détenu. Toutefois, le magistrat qui rapportait les allégations des médecins en poste, indique que le détenu était déjà mort, avant son arrivée à l’hôpital Notre-Dame. Le juge Léandre informe avoir constaté le corps d’un prisonnier visiblement faible et frêle. Le juge fait savoir qu’il prendra des dispositions pour transférer le constat légal dressé, au commissaire du gouvernement de la juridiction, pour les suites nécessaires.

 

Le rapport PetroCaribe ne sera pas enterré, selon Youri Latortue

Environ deux (2) mois après le transfert officiel du document à la Cour des Comptes pour approfondissement, c’est le silence total du côté de cette instance (CSCCA) qui, pourtant, avait promis de mettre sur pied une commission d’experts, chargée de faire le travail. Le jeudi 24 mai, le sénateur de l’Artibonite, Youri Latortue, a fait part de son intention d’adresser une correspondance au président du Sénat, Joseph Lambert, pour lui demander de solliciter de la Cour des comptes, le rapport PetroCaribe que le tribunal administratif a été chargé d’approfondir, à la faveur de la résolution controversée, adoptée par le groupe majoritaire. Le président de la commission Éthique et Anticorruption du grand Corps promet, une fois de plus, que le dossier PetroCaribe ne sera pas enterré, en dépit du silence observé au niveau de la Cour des comptes et du contentieux administratif environ deux mois après que le rapport lui ait été transféré. Rappelons que lors d’une séance tenue au début du mois de février dernier, des sénateurs de la majorité pro-présidentielle, avaient voté une résolution pour expédier le rapport sur la gestion des fonds PetroCaribe à la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif.

 

Vagues de migrants haïtiens aux Iles Turques

Les autorités des Iles Turques et Caïques ont fait état d’une nouvelle vague de migrants haïtiens. Au cours des dernières semaines, des groupes de «boat people» ont pu entrer illégalement sur le territoire des Iles Turques. Selon un rapport des autorités policières, des groupes de voyageurs illégaux ont été repérés dans la région de North West Point, un lieu de débarquement privilégié pour les navires illégaux. Tous les migrants illégaux ont réussi à s’échapper avant que les autorités n’arrivent sur place. Par ailleurs, le rapport mentionne que deux autres bateaux à voile transportant des «boat-people», repérés par la garde côtière des États-Unis, ont été signalés aux autorités locales. Toutefois, au cours de la dernière semaine, 79 voyageurs clandestins haïtiens ont été arrêtés par les autorités locales, alors qu’ils tentaient de pénétrer sur le territoire des TCI par la mer.

 

Le PAPAP a fait escale au BNE

« Quelle danse pour Haïti ? », c’est autour de ce thème que s’est tenue une grande Conférence-Débat au Bureau National d’Ethnologie (BNE), le mardi 23 mai, à l’Initiative de la coordination de Port-au-Prince Art Performance (PAPAP), un festival de représentations artistiques et culturelles de hautes portées, qui se déroule du 17 au 26 mai dans plusieurs endroits de la Capitale. Après les interventions de l’organisatrice, Kettly Noël, et du directeur général du BNE, Érol Josué, les participants ont été gratifiés d’une performance de la Troupe traditionnelle, Vivianne Gauthier et de 21 Nanchon. « Port-au-Prince Art Performance-PAPAP », est un projet engagé en faveur de la création, de l’éducation, de la diffusion et d’un questionnement de notre contemporanéité dont les maîtres-mots sont : formation, transmission, ouverture au monde et professionnalisation, à en croire la responsable Kettly Noël. Rappelons que cette édition de PAPAP est dédiée à Vivianne Gauthier, grande figure et icône de la danse en Haïti.

Altidor Jean Hervé

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: