accueilActualitéCoup d'oeil sur le mondePratiques culturelles

Luck Mervil évite le pire

Dans les pays ou la justice n’est enchaînée nulle part, où elle fait son travail, 22 ans n’est pas trop pour payer ces violations et ceci, peut importe qui vous êtes. Toutefois, la politique de deux poids et deux mesures se fait sentir un peu partout. À cet effet, le chanteur haïtiano-québécois a connu une peine assez légère pour ces actes d’attouchement sexuel commis en 1996. Le chanteur québécois d’origine haïtienne, Luck Mervil, (50 ans) a écopé d’une peine de six (6) mois de prison à domicile, après avoir reconnu avoir exploité sexuellement une adolescente de 17 ans, il y a 22 ans. Cette peine, bien qu’il la purge à domicile, ne lui épargnera pas d’être inscrit sur une liste de délinquants sexuels pendant 20 ans. La juge Mélanie Hébert, de la Cour du Québec, a ainsi donné suite à la recommandation commune de la Couronne et de la défense qui avait été faite le vendredi 18 mai, au palais de justice de Montréal. Luck Mervil avait reconnu avoir eu une relation sexuelle complète avec sa victime, sans avoir obtenu son consentement. Plusieurs autres contacts sexuels ont eu lieu par la suite. Pour les trois prochains mois, Luck Mervil sera contraint de rester à la maison 24 heures sur 24. Il purgera ensuite les trois autres mois avec un couvre-feu la nuit. De son côté, Me Philippe Larochelle, l’avocat de Luck Mervil, a souligné que son client, qui fait, dit-il, du travail humanitaire, n’aurait aucun antécédent criminel et ne pose aucun risque de récidive.

  1. Mervil avait été éclaboussé par des allégations de fraude, en lien avec sa fondation Vilaj Vilaj qui aurait été impliquée dans la reconstruction en Haïti après le tremblement de terre de 2010. Luck Mervil est né en Haïti en 1967. Il s’est surtout fait connaître pour le rôle de Clopin qu’il a joué dans la comédie musicale Notre-Dame de Paris. L’artiste international, Luck Mervil, s’est excusé, à travers une vidéo publiée sur sa chaîne YouTube, après avoir pris connaissance de sa peine. Les excuses vont à la victime dont il n’a pas cité le nom. « Tout d’abord, je prends le temps, une fois de plus, d’offrir mes plus profondes et sincères excuses à la personne qui a porté plainte et à sa famille ». « Je veux m’excuser auprès de ma famille, à mes enfants, à mes ex et à mon fils », poursuit-il, sans oublier les Haïtiens qui ont toujours été avec lui et qui pendant longtemps, l’ont pris comme modèle, « aux Canadiens, au peuple québécois, à mes amis. J’ai plaidé coupable parce que j’ai eu une relation avec une personne de 17 ans et demie, alors que j’avais 28 ans et j’étais en situation d’autorité », avoue-t-il, en ajoutant que «si cette triste histoire peut servir au moins à apporter un changement positif dans le comportement homme-femme, si cette histoire-là peut faire en sorte que la société s’améliore, bien au moins cet événement-là aura eu ça de positif». Dans la même veine, Mervil, sans vouloir « minimiser ce qu’a vécu cette femme-là », a voulu « remettre un peu les pendules à l’heure ». Il fustige en ce sens le manque de rigueur dont ont fait montre les médias dans leur façon de couvrir sur cette affaire. Il souligne le fait que l’accusation de viol contre lui ait été retirée, tout de suite après l’enquête préliminaire et que les médias n’en ont pas fait part au public. « Les médias le savaient, ils ne vous en ont pas fait part, ils ne vous en ont pas parlé », regrette Mervil. Des excuses qui n’effaceront pas ses actes mais, c’est mieux que de pleurer son innocence, sachant qu’il est coupable.

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Close
%d bloggers like this: