accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

De larrons en larrons

Ici, tout est à l’envers. Celui qui avait parlé en déclarant haut et fort que « le pays a cinq problèmes : la corruption, la corruption, la corruption, la corruption et la corruption » et qu’il s’engageait à combattre ce fléau, n’arrête pas de jouer au larron. Jovenel Moïse, son dauphin Jack Guy Lafontant et ses alliés parlementaires continuent de violer la Constitution du pays. Dans la nuit du lundi 23 avril 2018, le premier ministre Jack Guy Lafontant a procédé à un remaniement ministériel. Ce remaniement s’est fait en dehors des prescrits constitutionnels. Selon l’arrêté lu en personne par le premier ministre sur les ondes de la Télévision nationale d’Haïti, il a fait état de cinq ministres qui ont perdu leur portefeuille au profit de nouveaux venus dans la machine gouvernementale. Moins de vingt-quatre heures après leur nomination, les cinq nouveaux larrons ont été installés le mardi 24 avril 2018, lors d’une cérémonie dans les locaux de la Primature, par le premier ministre Jack Guy Lafontant. Aux commandes du ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Jean-Marie Reynaldo Brunet remplace Rudolph St-Albin. Jean Roudy Aly arrive comme ministre de la Justice et de la Sécurité publique, en remplacement de Me Heidi Fortuné. Au ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural, Jobert C. Angrand a pris le siège de l’agronome Carmel Béliard. Le journaliste Guyler C. Delva est le nouveau ministre de la Culture et de la Communication à la suite du départ de Limond Toussaint. Le poste de ministre des Haïtiens vivant à l’étranger revient à Guy André Junior François. Le MHAVE était tenu par la ministre des Affaires sociales, Stéphanie Auguste qui garde son poste de ministre des Affaires sociales et du Travail. Le président et ses alliés parlementaires ne font que de la politique, jouer avec le temps, à travers de petites passes courtes. En effet, les personnalités de la société civile, de la classe politique ou même certains alliés du pouvoir ont relaté que ce sont des hommes issus du même secteur politique qui ont remplacé les ministres écartés. « Si les cinq nouveaux ministres nommés ont été façonnés dans le même moule, il n’y a aucune raison pour que ça change », a déclaré le sénateur Antonio Chéramy. Et de poursuivre que c’est un espace offert à cinq nouveaux individus pour devenir millionnaires. Le dirigeant du parti politique Ayiti An Aksyon (AAA), un allié de Jovenel, le sénateur Youri Latortue a dit que le président a, de concert avec l’ancien président Michel Martelly, tout donné au PHTK, mettant de côtés les alliés et les autres partis financés par le Pouvoir. En plus, un groupe de députés a enjoint le premier ministre Jack Guy Lafontant, de soumettre à la Chambre basse, tous les documents pouvant prouver que les nouveaux ministres respectent les articles 52.1 et 172.1 de la Constitution. « Le gouvernement sera considéré comme de facto si le premier ministre Jack Guy Lafontant ne fournit pas, au plus tard ce mercredi après-midi, des documents prouvant que les nouvelles nominations sont conformes à la Constitution, au regard des articles ci-haut mentionnés, selon une position commune de seize (16) députés. Le député de Fanmi Lavalas, Joseph Manès Louis, a expliqué que sont requis des cinq nouveaux ministres, des documents suivants :

  • le certificat de déclaration définitive d`impôts pour les cinq dernières années,
  • leur acte de naissance,
  • le certificat notarié prouvant qu`ils sont propriétaires immobiliers,
  • le certificat prouvant qu`ils n`ont pas été comptables de deniers publics,
  • le certificat de décharge s’ils ont été comptables de deniers publics,
  • le certificat du service d`Immigration prouvant qu`ils n`ont pas d`autres nationalités,
  • le certificat du CEP prouvant qu`ils avaient voté aux dernières élections,
  • la copie de leur casier judiciaire prouvant qu`ils n`ont pas été condamnés pour une peine afflictive et infâmante.

Les députés ont brandi la menace que si le premier ministre n`obéissait pas dans le délai fixé, ils prendront acte que celui-ci a violé de façon délibérée la Constitution.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: