accueilActualité

Dialogue : la forme du moule de Jovenel

 

L’espace creux créé par Jovenel Moïse et dans lequel on va verser des millions de gourdes pour donner une forme bien déterminée à certains écervelés, ne fait pas l’unanimité, même au sein de l’équipe de pilotage. Purement et simplement, cette équipe de pilotage des États Généraux Sectoriels est illégale et n’a aucun prescrit constitutionnel, du fait du choix autoritaire, partial et empreint de favoritisme, élaboré par Jovenel Moïse et son équipe pour le mettre en place. Certains conseillers déclarent déjà que « c’est par les voix de la presse qu’ils sont au courant d’être un conseiller ou membre du comité de pilotage ». Cela sous-entend qu’ils n’avaient pas été consultés bien avant d’avoir été choisi. Également, d’autres conseillers affirment haut et fort leur désaccord avec d’autres conseillers. C’est le cas de Jacques Édouard Alexis qui exprime ses profonds désaccords avec Yrvelt Chéry, un cadre de l’OPL (Organisation du Peuple en Lutte, un parti actuellement en dissension). En plus, dans une lettre ouverte adressée au Président du Comité de pilotage des États généraux de la Nation, Mgr. Louis Kébreau, l’historien et écrivain Claude Moïse exprime son étonnement de n’avoir pas été consulté avant d’être désigné membre du comité de pilotage. Le Professeur dit n’avoir pas été formellement sollicité de joindre ce comité selon ses propres mots. Ajoutant qu’il ne sait pas à qui il mérite l’honneur d’être désigné membre de ce comité installé par le Président de la République, Jovenel Moïse, le mercredi 30 mars 2018 au Palais national. Dans sa correspondance au Monseigneur Kébreau, Le professeur a indiqué qu’il a été informé par la presse de sa désignation. « Je note, tel que rapporté par les médias, que la création de cette instance résulte d’un long processus de consultation et de dialogue, en vue de recueillir les avis des uns et des autres […] Dans mon cas, il n’en a pas été ainsi », a fait savoir l’historien. Claude Moïse qui est membre du comité scientifique de la Chaire Louis Joseph Janvier sur le constitutionnalisme en Haïti à l’Université Quiskeya, dit noter les propos rapportés par le journaliste soulignant que le Président Jovenel Moïse estime que le Comité doit faire autre chose mais qu’il faut surtout le faire autrement. Ainsi va le pays avec un président qui discute à bâtons rompus de sujets profonds mais sans forcément traiter d’aspects concrets. Le responsable de l’Émergence Patriotique, une nouvelle structure mise en place par René Civil, a fait savoir que ce comité de pilotage monté par Jovenel moïse est déjà discrédité du fait que ses membres sont des proches ou amis du pouvoir.

Sans perdre de temps, selon le secrétaire rapporteur du comité de pilotage, Rosny Desroches, le mercredi 4 avril, le président Jovenel Moïse a eu une rencontre avec certains membres du comité de pilotage des États généraux sectoriels. Cette rencontre a eu lieu autour des mécanismes à mettre en place pour permettre le démarrage des travaux.

Jovenel Moïse et ses alliés tentent manifestement de diviser beaucoup plus le peuple haïtien à travers de nombreuses décisions prises juste pour créer des couloirs pour donner des jobs à des amis proches. Ce scenario fera courir de grands risques au pays et sera une véritable tragédie pour le peuple haïtien. Cette décision a été prise au moment où de nombreuses voix se lèvent contre les projets de contrôle de toutes les institutions du pays par Jovenel. Contre sa volonté d’enterrer le dossier PetroCaribe et également contre les gaspillages de plusieurs millions de gourdes par Jovenel et ses alliés dans la mascarade dénommée Caravane du Changement. Cela donne à penser que les paroles ou les manœuvres de Jovenel Moïse ne sont rien de plus que des vœux pieux ou des tentatives dont le but est d’égarer ceux qui essaient de prévoir ce que vont faire Jovenel et son clan.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: