accueilActualitéCoup d'oeil sur le mondeNewsreel

PetroCaribe, l’éternel dossier

Deux journalistes étrangers, Suhelis Tejero et Carlos Eduardo Huertas, sont actuellement en Haïti pour investiguer sur le dossier des fonds PetroCaribe. Ces deux reporters latino-américains qui font partie d’une plateforme de journalistes experts, se sont entretenus avec Me André Michel pendant au moins deux heures. Contacté par nos confrères de Loop Haïti, l’avocat a confirmé la nouvelle. « Ils m’ont rencontré à mon bureau et devront bientôt s’entretenir avec les sénateurs Nénel Cassy et Youri Latortue », a expliqué André Michel. Selon ce dernier, Suhelis Tejero et Carlos Eduardo Huertas auront également à effectuer des enquêtes de terrain sur les projets réalisés par les fonds PetroCaribe. Les deux journalistes ont travaillé sur plusieurs dossiers importants, dont les affaires Oderbricht, Panama Papers… André Michel reste optimiste quant à une issue favorable au dossier. « L’affaire est par-devant la Justice. En tant qu’avocat, nous avons la responsabilité de mener la bataille de procédure », dit l’avocat qui pense que l’investigation des deux journalistes va accroître la dimension internationale du dossier. Accusé de plein fouet dans le rapport rédigé par le sénateur Évalière Beauplan et consorts, l’ancien ministre de l’Économie et des Finances, Wilson Laleau, avait réclamé une commission d’experts internationaux pour élucider l’affaire PetroCaribe. Il a exigé le « recrutement de gens compétents, internationalement reconnus ».

Par ailleurs, le président de la Cour de cassation, Arol Élie, a affirmé en marge d’une rencontre au Sénat de la République, que le tribunal administratif est bel et bien compétent pour approfondir, comme le lui a demandé le Grand Corps, l’enquête sur la gestion des fonds PetroCaribe. C’est de notre compétence et nous allons le faire, a déclaré M. Élie, lui-même épinglé dans le vaste scandale de dilapidation des 3,8 milliards des fonds PetroCaribe, tout comme sa collègue Nonie Mathieu qui annonce la création d’une commission d’experts haïtiens pour effectuer le travail, tout en laissant la porte ouverte à la participation d’experts étrangers. Il faut dire aussi que la plupart des ingrédients ayant alimenté les rapports Latortue et Beauplan sont tirés de rapports produits par la Cour des Comptes. Pour beaucoup de secteurs, si les sénateurs pro-gouvernementaux et leur président Joseph Lambert tentent à tout prix d’enterrer le dossier, avec notamment le vote nocturne de la résolution du 1er février 2018, ils ne font qu’aiguiser la détermination de ceux qui veulent que les coupables soient punis. En effet, deux nouveaux sit-in seront organisés les mercredi 28 mars et mardi 3 avril devant les locaux du tribunal administratif pour lui demander de se dessaisir du dossier déjà porté par-devant un tribunal ordinaire. Le juge Jean-Wilner Morin qui enquête sur le dossier de l’assassinat en février 2012, d’Alix Junior Gassant, avait demandé et obtenu du Sénat, le rapport sur l’enquête portant sur la gestion des fonds PetroCaribe, des dossiers qui seraient intimement liés. D’ailleurs, l’ancien commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, le sénateur Jean-Renel Sénatus, qui était en poste en 2012 et qui a donc enquêté sur la mort d’Alix Gassant, a affirmé que l’assassinat de ce jeune, tout comme la disparition de Robert Marcello, sont effectivement liés au dossier PetroCaribe. Le président du Sénat haïtien, Joseph Lambert, quant à lui, espère avoir définitivement tourné la page du dossier PétroCaribe qui empoissonne le grand Corps. Lors d’une séance plénière le mardi 27 mars 2018, la majorité des sénateurs ont entériné la décision adoptée lors de la séance du 31 janvier 2018. Cette séance avait été contestée par les sénateurs modérés et par ceux de l’opposition radicale. Le rapport de la séance confirme le transfert du dossier de l’enquête sur la gestion des fonds PetroCaribe à la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA). M. Lambert met en garde les sénateurs de la minorité contre toute velléité de revenir sur cette affaire déjà classée. Il est déjà prêt à reprendre les séances plénières, interrompues depuis deux mois, en raison du conflit sur le dossier PetroCaribe. Le président du Sénat annonce la tenue d’une conférence des présidents, le lundi qui suit les fêtes de Pâques. Un véritable défi pour les élus qui seront impliqués dans les fêtes de rara (rites vaudou). L’objectif est de préparer l’ordre du jour des séances pour le mois d’avril. Interrogé sur le dossier PetroCaribe transmis à la Cour des Comptes, le président du Sénat rappelle que la CSCCA a pour devoir de réaliser le travail sollicité par le Grand Corps. De plus, il refuse de transmettre à la CSCCA le rapport de la commission spéciale présidée par le sénateur Beauplan. De l’avis du président du Sénat, le document n’est pas officiel puisqu’il n’a pas été sanctionné par l’assemblée des sénateurs.

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Close
%d bloggers like this: