accueilActualitéSport

N’oubliez pas la sélection féminine U-17

S’il est vrai que l’exploit de la sélection féminine U-20 mérite qu’on s’y attarde un long moment, il n’empêche qu’il faut aller de l’avant. En effet, il faut déjà commencer à mettre en place un plan de préparation bien ficelé, afin que cette équipe puisse faire bonne figure en août prochain, en Bretagne. En ce sens, la rencontre de ces joueuses avec les héros de Munich 1974 peut s’avérer très utile, car ces derniers en ont profité pour leur prodiguer des conseils afin de les porter à réaliser une meilleure phase finale de Coupe du monde.

Si toutes les autorités étatiques et la société civile continuent cette célébration de la victoire des grenadières, c’est qu’en plus du fait qu’elles sont fières de leur exploit, elles se sentent coupables. Oui, coupables de n’avoir pas su appuyer l’équipe lors de sa phase de préparation pour le tournoi éliminatoire qui devait les conduire à la coupe du monde. En effet, il y avait un problème de finances exécrables, un déficit d’accompagnement de l’Etat et de la société civile. Heureusement qu’en dépit de tout cela elles ont quand même réussi à se qualifier pour la phase finale de la Coupe du monde, Bretagne 2018. Mais doit-on continuer à attendre le Bon Dieu Bon pour nos sélections ? Faut-il toujours attendre des miracles de nos équipes sans faire le moindre effort ? Alors qu’en est-il de la sélection féminine U-17 ? Vous l’avez déjà oublié ? Va-t-on reproduire la même chose en attendant un autre exploit ?

Une commission a été créée par l’exécutif pour l’accompagnement de la sélection U-20. Pourquoi n’a-t-on pas également mis sur pied une autre pour la préparation de la sélection U-17, pour la dernière phase éliminatoire à la Coupe du monde Uruguay 2018 ? En fait on veut seulement récolter les gloires mais sans rien faire de concret pour les obtenir. Cependant cela ne peut pas toujours marcher. Pour nous donner une vraie chance de réussite, il faut une bonne préparation de l’équipe. Et il ne reste qu’un peu plus d’un mois seulement à cette dernière pour être prête, car le tournoi éliminatoire se déroulera du 19 au 29 avril 2018 au Nicaragua.

Haïti jouera dans le même groupe que le Nicaragua, le Mexique et le Porto Rico. L’autre groupe se compose des Etats-Unis, du Costa Rica, du Canada et des Bermudes. Les deux premiers de chaque groupe se qualifieront pour les demi-finales. Les vainqueurs de ces rencontres gagneront leurs billets pour la phase finale de la coupe du monde, ainsi que celui remportera le match de classement, soit trois qualifiés pour la CONCACAF.

Mais à ce stade, qu’en est-il du budget de la préparation à cette ultime phase des éliminatoires ? L’Etat et les membres de la société civile si généreux avec les U-20 déjà qualifiées, ne peuvent-ils pas y contribuer cette fois dès cette phase ô combien importante ? Ce qui devrait leur rendre encore plus fiers face à une hypothétique qualification, car ils auraient vraiment travaillé  à cette conquête.

La Fédération Haïtienne de Football (FHF) doit lancer au plus vite l’opération « On va à Uruguay » afin de pouvoir recueillir le support de tous les volontaires de quelque façon que ce soit  et avoir un meilleur encadrement pour les joueuses. Il faut que les entraînements intensifs et des matchs amicaux soient entamés rapidement pour permettre à l’équipe d’être en jambes lors du tournoi qualificatif, et que les joueuses puissent avoir le temps de bien assimiler les différentes  tactiques de jeux préparées par le staff technique.

Faisons donc un faisceau derrière notre sélection féminine U-17 en nous rappelant que le football est un ambassadeur de premier plan, capable de projeter une image vraiment positive de notre pays, de redorer notre blason. On va à Uruguay 2018 !

Schiller Charlotin

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: