accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

CARICOM : Les résultats n’ont pas été à la hauteur des objectifs fixés

Haïti a accueilli le 29e Sommet de la Communauté de la Caraïbe (CARICOM), les 26 et 27 février 2018. Le Gouvernement, suivant les instructions du Président de la République, Jovenel Moïse, a pris toutes les dispositions pour assurer le succès de cet événement. La 29ème réunion intersessionnelle de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté de la Caraïbe (CARICOM) a eu lieu à Port-au-Prince, les 26 et 27 février 2018. C’est la deuxième fois que la République d’Haïti a le privilège d’exercer la Présidence tournante de ce mécanisme d’intégration régionale, depuis son admission de façon provisoire en 1997, puis officiellement en 2002. Les résultats n’ont pas été à la hauteur des objectifs fixés. En effet, Jovenel Moïse, contrairement à son vœu, n’a pas pu obtenir l’intégration effective du français comme une des langues officielles dans la CARICOM. Jovenel Moïse attribue son échec au manque de support des pays francophones. Il a expliqué que le secrétaire général de la CARICOM a cherché, jusqu’à présent sans succès, des moyens financiers pour permettre l’intégration pleine et entière du français dans la communauté caribéenne.

« La traduction des documents en français coûte extrêmement cher », a fait savoir Jovenel Moïse. Entre temps, à partir du 30 mars 2018 prochain, les Haïtiens détenteurs d’un passeport officiel et diplomatique ou détenteurs d’un visa américain, canadien ou Schengen (Union européenne), pourront circuler librement dans l’ensemble des pays membres de la CARICOM. Les États membres sont : Antigua-et-Barbuda, les Bahamas, la Barbade, le Belize, la Dominique, la Grenade, la Guyane, Haïti, la Jamaïque, Montserrat, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, le Suriname, et Trinité-et-Tobago. Cette décision est retenue en attendant « que toutes les mesures soient prises dans le futur pour permettre la libre circulation des personnes et des biens dans toute la Caraïbe […] », a annoncé le Président Moïse, lors de la clôture de la 29e conférence de la CARICOM, le mercredi 28 février 2018. En plus, le président Jovenel Moïse a accordé au ministre Carmel André Béliard, titulaire du ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARDNR), jusqu’en décembre 2018, pour qu’il se débrouille et créée les conditions nécessaires à la production et à l’exportation de produits agricoles aux Bahamas.

Cette décision survient à la suite de la rencontre tenue au Palais national, le dimanche 25 février entre le Président haïtien, Jovenel Moïse et le Premier ministre du Commonwealth des Bahamas, Hubert Minnis, au cours de laquelle, de nombreux points relatifs à l’avenir des rapports entretenus entre les deux États avaient été discutés. À rappeler que les chefs d’État et de gouvernement ayant pris part à l’évènement ont abordé de nombreux autres points d’intérêt commun aux États membres, tels que la question de la criminalité, de la sécurité, de la couverture d’assurance pour la reconstruction après les cyclones et, bien sûr, l’épineuse question de la libre circulation des biens et des personnes au sein de la région. La dernière session de la Conférence des Chefs d’État et de gouvernement de la CARICOM a eu lieu l’année dernière à Georgetown (Guyana). Jovenel Moïse est l’actuel président de la Communauté des Caraïbes (CARICOM). Il succède, depuis décembre dernier, au premier ministre de la Grenade, Dr. Keith Mitchell. Le prochain sommet se tiendra à la Jamaïque, en juillet 2018. La CARICOM a été créée par le Traité de Chaguaramas (Trinité- et-Tobago) le 4 juillet 1973, dans le but de parvenir à un développement économique soutenu des pays de la région, à des politiques économiques et étrangères coordonnées ainsi que des relations commerciales et économiques améliorées avec les États Tiers.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: