accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Célébration de la Journée internationale de la langue créole à l’AKA

Le 21 février 2018 a ramené la Journée internationale de la langue maternelle.  La célébration de cette Journée était l’occasion de mettre l’accent sur le droit dont dispose chaque individu pour communiquer dans sa langue, dans tous les domaines, à commencer par l’éducation.  Le doyen de la faculté de Linguistique Appliquée, Renaud Govain, a souligné que de nombreux cas d’échecs et d’abandons scolaires en Haïti sont dus à une mauvaise maîtrise de la langue d’enseignement.  L’Académie du créole haïtien a profité de la Journée internationale de la langue maternelle pour accueillir cinq nouveaux membres :  Rachel Charlier Doucet, Paul Antoine, Rosilia François Corneille, Dominique Barthélémy et Ernst Mirville.  Les académiciens sont désormais au nombre de 36 membres.

Deux des 33 qui ont été intronisés en 2014, Claude Pierre et Max Beauvoir, sont décédés.  Depuis son existence, l’Académie du créole haïtien /Akademi Kreyòl Ayisyen (AKA) n’a cessé de travailler pour rehausser la langue créole.  À l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la langue maternelle, l’Académie renouvelle une fois de plus ses vœux pour promouvoir le créole haïtien.  Au cours de la célébration, l’AKA a procédé à l’installation d’un conseil consultatif composé de 12 membres.  Agrémentée de danses folkloriques haïtiennes, de chants et de shows de tambour, cette cérémonie a particulièrement mis à l’honneur deux écrivains haïtiens qui ont travaillé pour la défense du créole haïtien à travers leurs œuvres. Georges Castera et Émile Célestin Mégie sont les deux figures emblématiques, honorées en cette occasion.  Rachelle Charlier Doucet (Fondasyon kilti kreyasyon), Rosilia François Corneille (Jounal bon nouvèl), Paul Antoine (Enstiti filozofi salezyen), Dominique Barthélemy (Asosiyasyon profesè lang kreyòl nan Nò ak Nòdès), Ernst Mirville (Tanbou literè) sont cinq des nouveaux académiciens installés au cours de la cérémonie. Néanmoins, Rachel Beauvoir Dominique (Konfederasyon nasyonal vodouyizan ayisyen), sixième membre de l’AKA, décédée le 5 janvier 2018, est considérée comme académicienne posthume par l’Académie du créole haïtien.  Un moment de recueillement lui était consacré pour ses multiples travaux réalisés dans la langue créole.

Dans ce plaidoyer pour promouvoir et valoriser la langue créole, le président exécutif de l’AKA, Jean Pauris Jean-Baptiste, dans son discours de circonstance, a formulé une requête à l’endroit de l’État haïtien.  Il a souhaité que le gouvernement se démène afin que le créole soit considéré comme l’une des langues de la CARICOM.  Le président du conseil exécutif de l’AKA croit qu’une telle décision sera bénéfique pour le pays dans plusieurs domaines d’activités.  C’est une demande qui a été vivement applaudie par l’assistance.  « Ces auteurs ont élevé le drapeau et la fierté haïtienne.  La nation entière devrait manifester sa reconnaissance envers eux » a fait savoir Jean Pauris Jean-Baptiste qui demande à ce que la langue créole soit représentée au sein du marché de la CARICOM.  Présent au cours de la cérémonie, le ministre de la Culture, Limond Toussaint, s’est aussi exprimé.  « La langue maternelle est un pont historique qui relie toutes les générations », indique-t-il, dans des informations relayées au Nouvelliste.  Limond Toussaint suggère que beaucoup d’efforts soient dégagés afin de renforcer les documents d’apprentissage de la langue créole.

Le ministère de la Communication a publié les différents points qui seront débattus à l’occasion de la 29e intersession des Chefs d’État de la CARICOM, dirigée par Jovenel Moïse depuis novembre dernier.  Parmi les grands points retenus, le président aura à débattre sur l’adoption du français comme langue officielle de l’institution.

Altidor Jean Hervé

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: