accueilActualité

L’Environnement prend un peu de place

Dans un communiqué en date du 29 janvier, les ministères de l’Environnement, du Commerce et de l’Industrie, de l’Économie et des Finances, de la Justice et de la Sécurité ont rappelé aux grands importateurs et petits commerçants, l’interdiction qui leur est faite d’importer, de commercialiser et d’utiliser les sacs en polyéthylène et objets en polystyrène expansé (PSE, PS ou Styrofoam). Cette mesure qui date du 10 juillet 2013 a été adoptée en conseil des ministres sous l’administration Martelly, mais n’a jamais été appliquée. Ces quatre ministères qui aujourd’hui se mettent ensemble pour faire la chasse à ces produits, soulignent que leur utilisation persistante et abusive constitue un problème environnemental majeur, non seulement pour le pays mais aussi pour les autres voisins de la région.

L’administration Moïse-Lafontant semble vouloir faire de l’application de cette décision étatique une réalité, puisqu’il est prévu, suivant le communiqué, le déploiement sur l’ensemble du territoire, de brigades spécialisées qui sanctionneront tout contrevenant. Le ministère de l’Environnement (MDE) annonce le déploiement de brigades spécialisées dans les douanes, afin d’empêcher l’entrée d’objets en polystyrène ou en styrofoam sur le territoire d’Haïti. Ces brigades sont composées d’agents des ministères des Finances, de l’Environnement, de la Justice et du Commerce, précise le titulaire du MDE, Pierre Simon Georges, lors d’une conférence de presse, le mercredi 31 janvier 2018. L’utilisation persistante et abusive de ces objets expansés représente un problème environnemental pour Haïti et un danger pour toutes les citoyennes et tous les citoyens, souligne le MDE. Il appelle à la conscientisation de la population sur le danger que représentent ces objets sur l’environnement. Des mesures coercitives, comme la saisie de ces produits, et d’autres sanctions prévues par la loi seront prises contre les contrevenantes et contrevenants.

C’est la troisième fois, entre 2013 et 2018, que des institutions gouvernementales font part de dispositions visant à empêcher la circulation de produits en polystyrène ou en styrofoam sur le territoire national. En dépit de l’interdiction de l’importation et de l’utilisation de la vaisselle en polystyrène expansé ainsi que l’annonce de sanctions contre les propriétaires de ces marchandises, ces produits seraient encore en circulation à travers le pays. Une pétition avait même appelé le gouvernement haïtien à faire appliquer l’arrêté ministériel du 10 juillet 2013, interdisant la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation, sous quelque forme que ce soit, des sacs en polyéthylène et objets en polystyrène expansé à usage alimentaire unique. Pierre Simon Georges s’est empressé de faire savoir que son ministère travaille à l’exécution d’un projet évalué à 30 millions de dollars, visant à assainir la capitale.

Le ministre annonce pour bientôt la construction d’une usine de recyclage des déchets qui va pouvoir, en même temps, produire de l’énergie électrique. Pierre Simon Georges croit que c’est la meilleure façon de combattre l’insalubrité très décriée par les citoyens, puisque le projet compensera les dépenses du gouvernement dans le secteur de l’assainissement. « Un rapport a été déjà adressé au président de la République » a poursuivi le ministre qui dit avoir effectué une visite d’observation à Taïwan. Au cours de cette conférence, le ministre de l’Environnement a révélé que l’État haïtien est faible dans l’application de certaines mesures. Aussi, dans cette initiative, il rallie les forces coercitives de certains ministères, afin de faire respecter les mesures prises.
Emmanuel Saintus

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: