accueilActualité

Un faisceau anti fatras

Les maires de la zone métropolitaine ont décidé de se libérer de l’amoncellement de fatras qui tient tout le pays, particulièrement la zone métropolitaine, en otage depuis bien des temps. À cet effet, la gestion des déchets est jugée priorité métropolitaine numéro un pour cette année. La décision a été prise par les neuf (9) mairies de la région, à savoir : Port-au-Prince, Pétion-Ville, Kenscoff, Delmas, Tabarre, Cité-Soleil, Croix-des-Bouquets, Carrefour et Gressier, à l’issue d’une journée de discussion réalisée à l’hôtel Marriott. Selon Jude Edouard Pierre, président de la Fédération Nationale des Maires (FENAM) également maire de Carrefour, cette résolution a été prise parce que les maires reconnaissent leur responsabilité dans cette question. « À tort ou à raison, nous, les maires, sommes pointés du doigt à cause de l’insalubrité de la région. Nous avons effectivement une responsabilité à ce niveau. Effectivement, c’est l’une des fonctions traditionnelles des mairies », a-t-il dit. Jude Edouard Pierre souligne que lui et ses pairs attendent de l’État central et du Parlement, une allocation dans le budget pour la construction d’une usine de gestion de déchets. « Nous espérons que les autorités mettront en œuvre des campagnes de sensibilisation sur la question. De plus, le Parlement doit voter une loi instituant une taxe sur les fatras parce que l’État doit trouver les moyens financiers pour aborder ce problème. Le Service métropolitain de collecte des résidus solides (SMCRS) a failli à sa mission car il n’a pas ces moyens », a-t-il expliqué.

Le maire de Carrefour espère que l’État mettra les moyens financiers à la disposition des mairies, afin qu’elles puissent faire le travail. Car ce sont les mairies qui paient les conséquences de l’insalubrité. Jude Edouard Pierre déplore que certains ne reconnaissent pas qu’il y a une responsabilité partagée dans la gestion des déchets. « La mairie a un rôle de balayage. Le SMCRS doit procéder à l’enlèvement des déchets. De plus, la police également a un rôle à jouer pour empêcher les citoyens de jeter leurs déchets où ils veulent », argue-t-il. À cet effet, Youri Chevry a souligné que des discussions seraient entamées avec le président de la République qui a promis de distribuer des équipements aux mairies. La guerre aux débris qui sont un problème pour tous, pique aussi l’œil de Jovenel Moïse et de plein d’autres personnalités qui ne sont pas restés indifférents face à ce fléau. De ce fait, dans un court message vidéo, de près de deux minutes, diffusé sur la page Facebook du président de la République, cinq (5) artistes dont Ti Joe Zenny, Kako Bourjolly, Hervé Anthénor dit Shabba Daniel Fils-Aimé alias Tonton Bicha, Ricky Juste, prennent la parole à tour de rôle pour sensibiliser et conseiller pour un environnement en proie à des rues dégageant des odeurs nauséabondes.

Le fatras a des impacts considérables sur notre vie sociale au quotidien, donc sur notre santé, ce que nous mangeons, l’air que nous respirons. De plus, à notre insu, partout, fatras est synonyme de microbes ; et les microbes peuvent entraîner n’importe quelle maladie, souvent incurable. À vous qui prenez l’habitude de faire bruler les fatras ménagers : lorsque la fumée des déchets imprègne les airs, vous ignorez complètement s’il y a des bébés, des malades ou d’autres personnes jouissant d’une santé peu robuste qui seront menacés par cette fumée nocive. Soyons solidaires contre la pratique de « faire brûler les fatras ménagers » ont déclaré les stars, dans ce message de sensibilisation. Reste à voir si dans les jours à venir on sentira l’effet de ces efforts contre la saleté du pays qui est due à l’envahissement du déchet partout.

Notons que Carel Michel, Odner Volcan, Jean Renel Darius et Mathieu Joanis ont été tué au début de la semaine dernière. Au moment de déblayer un égout « les victimes ont été emportées par les eaux en furie qui apportent des sédiments de toutes sortes ». Ils étaient six employés au total sur le lieu du travail. Les deux autres, qui sont quand même sortis blessés, ont eu le temps de s’échapper.
Altidor Jean Hervé

Related Articles

Close
%d bloggers like this: