accueilActualité

PHTK et alliés, contrôlent les bureaux du Parlement

Par petites passes ou passes courtes, c’est ainsi que fonctionne le Parlement haïtien… En effet, un jour après la constitution d’un nouveau bureau au Sénat, la Chambre des députés a procédé, à son tour, le mercredi 10 janvier 2018, à la formation du sien, dominé par des proches du parti au pouvoir et ses alliés, et ayant à sa tête le député de la circonscription de Delmas, Gary Bodeau. Deux fois questeur, Bodeau, unique candidat à ce poste et chef de file du bloc majoritaire, Alliance Parlementaire pour Haïti (APH), succède pour un mandat d’un an renouvelable, au député Cholzer Chancy qui s’est désisté, peu de temps avant les élections. Un nouveau bureau, ayant à sa tête le sénateur du Sud-Est, Joseph Lambert de Konbit Nasyonal /KONA, allié du Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK), a été mis en place, le mardi 9 janvier 2017, au Sénat de la République. Constitué essentiellement des sénateurs du PHTK et alliés, ce bureau est composé de Joseph Lambert (président), Pierre François Sildor (vice-président), Onondieu Louis (questeur), Dieupie Chérubin (1er secrétaire), Wilot Joseph (2e secrétaire). Ce nouveau bureau, avec un mandat d’un an, a été mis sur pied après l’ouverture de la première session ordinaire de l’année législative 2018. Élu président avec 28 voix sur 29, Joseph Lambert remplace, à ce poste, Youri Latortue.

Il avait déjà occupé cette fonction au Sénat en 2006, sous la présidence de René Garcia Préval. «Comme les temps ne sont jamais les mêmes, comme les leçons apprises forment l’expérience, j’avoue que je suis aujourd’hui mieux armé pour servir la République […]», a-t-il dit, le débit lent. Et d’ajouter : « Je présiderai donc l’Assemblée nationale en gardant toujours à l’esprit, qu’à ce carrefour précis, mon pays a le grand besoin d’un souffle nouveau ». Dans une assemblée où l’exécutif dispose d’une confortable majorité, Joseph Lambert indique que le «Sénat sera un corps de pouvoir séparé qui jouera pleinement sa fonction». « Ma fonction sera de favoriser la qualité des rapports d’interdépendance qui lient les deux pouvoirs », a-t-il dit, revendiquant ses «relations privilégiées avec le chef de l’État». « Chaque génération a une mission. Ou bien elle la remplit ou bien elle la trahit », a argué Joseph Lambert, d’un calme énigmatique, sans faire l’économie de rappeler que le Sénat doit devenir plus productif, plus efficient, dans la perspective d’une confiance à rétablir entre le Parlement haïtien et la société haïtienne. Le bureau de la Chambre basse comprend, quant à lui : Gary Bodeau (président), Caleb J. Desrameaux (vice-président aux séances), Myriam Amilcar (vice-président aux affaires administratives), Jean Willer Jean (premier secrétaire), Guerda Benjamin (deuxième secrétaire), Anouce John Bernard (questeur) et Louis Mary Bonhomme (vice-questeur). « L’ère du « Kow Kow » est révolu », clame Garry Bodeau, rappelant l’impérieuse nécessité d’agir dans l’intérêt de la nation. Il est temps d’avoir « une présidence gagnant-gagnant » à la Chambre basse, ajoute-t-il, comme pour assurer les uns et les autres qui l’ont propulsé à ce poste. L’ancien président de la Chambre, Cholzer Chancy, qui a cédé la place à son successeur pour continuer les élections, dit « partir avec le sentiment du travail fait et du devoir accompli » auprès des députés. Au terme de deux mandats à la présidence de la Chambre, le député d’Ennery promet de se mettre disponible pour conseiller le nouveau bureau et, en particulier, le nouveau président dans ses nouvelles fonctions. Ayant étudié la psychologie sociale à la faculté d’Ethnologie de l’Université d’État d’Haïti (UEH), Bodeau a été étudiant, membre du Grand Front National des Étudiants Haïtiens (GRAFNEH). Il a fait partie de l’équipe de communication aux cabinets des premiers ministres Garry Conille et Laurent Salvador Lamothe (de 2012 à 2014). Il a également publié, en 2017, son livre autobiographique, intitulé « Pouvoir et volonté », à travers lequel il raconte son parcours difficile.
Emmanuel Saintus
Deux fois questeur, Bodeau, unique candidat à ce poste et chef de file du bloc majoritaire, Alliance Parlementaire pour Haïti (APH), succède pour un mandat d’un an renouvelable, au député Cholzer Chancy qui s’est désisté, peu de temps avant les élections.

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: