accueilActualitéPratiques culturelles

Êtes-vous fier d’être Haïtien(ne)?

Êtes-vous fier d’être Haïtien(ne)?

Cela devrait être une question facile à répondre pour tous ceux-là ou celles qui ont la nationalité haïtienne. Malheureusement, certaine hésitation et même confusion caractérisent la réaction de nombreux de nos compatriotes quand face à cette  question. Comment expliquer un pareil comportement? Faudrait-il poser la question dans l’autre sens ? C’est-à-dire, avons-nous honte d’être haïtiens?

Avant de commencer tout débat sur la fierté d’être haïtien ou sur « l’haitianisme », essayons de définir ensemble : la notion de fierté.  La fierté selon le Larousse, je cite, est : « Indépendance de caractère de quelqu’un qui a le sentiment de son honneur ; dignité, noblesse, amour-propre. » Donc, en faisant usage de cette définition, la question se simplifie : Considérez-vous comme un honneur et ressentez-vous un quelconque sentiment de dignité en tant qu’Haïtien ? On pourrait même oser se questionner sur l’impact de cette épithète « Haïtien(ne) » sur votre amour-propre.

Mais, tout comme moi, peut-être vous vous demandiez c’est quoi être haïtien ? Est-ce uniquement un document qui certifie notre lieu de naissance ou un ensemble de traits caractéristiques qui permettent d’identifier une personne comme Haïtienne ? En deux mots, je dirais Identité et appartenance forment les éléments  les plus descriptifs et singuliers d’un groupe de personne, d’un peuple. Marcus Garvey, un écrivain jamaïcain, déclara: Un peuple sans connaissance de son passé, de son origine et sa culture est comme un arbre sans racine. En reconnaissant la validité d’une telle affirmation,  je peux avec une certaine aisance trouver les aspects, évènements,  caractéristiques, etc. de notre passé historique, de notre culture (musique, religion, danse), de notre société, de nos mœurs qui puissent représenter et justifier toute fierté d’être Haïtien.

 

Le premier peuple noir, une nation d’esclaves devenue libre et indépendante malgré la machine meurtrière des armées colonialistes et esclavagistes. L’histoire de nos ancêtres, de nos premiers dirigeants haïtiens est la source de beaucoup de livres, d’épopées, de films hollywoodiens. Quel peuple avec une histoire pareille ne se sentirait pas fier ? Et surtout avec le sang révolutionnaire qui coule dans ses veines? A plus forte raison il le sera encore, étant haïtien(ne).

Certains de nos farouches critiques voient une sorte de complaisance dans le fait que notre source de fierté généralement se justifie en sur la base des évènements datant de plus de 214 ans. Ils se penchent malicieusement sur l’histoire récente de notre pays qui est entachée, d’invasions étrangères, d’occupation, de pauvreté, de misère, de pillage, etc du côté des ennemis externes, de luttes fratricides, de trahison, hypocrisie, de corruptions, du côté des ennemis internes. Sans vouloir nier la laideur de la pauvreté, le dédain de certains pays par rapport aux haïtiens sous prétexte que nous sommes trop pauvres, ni non plus en faire l’apologie,  je tiens à rappeler que beaucoup de grands pays de l’Europe ont connu à un moment de leur histoire des moments de famine horrible,  des guerres fratricides et génocidaires, des épidémies meurtrières pour ne citer que ceux-là. Parallèlement, on pourrait souligner à un niveau individuel, plusieurs leaders fameux du monde qui avaient vécu des temps difficiles durant leur vie. De la misère, la pauvreté, la prison, la trahison, des déceptions et humiliations, ils ont transformé leurs réalités en des exemples de succès. Citons quelques exemples : Empereur Jacques 1er, Empereur Henri 1er, révérant Martin Luther King, les anciens présidents : Fidel, JF Kennedy, Mandela, Obama, Aristide et Martelly.

 

Il est vrai que certains medias étrangers pour la plupart avec la complicité de certains collaborateurs dans les medias haïtiens continuent à promouvoir des campagnes de dénigrement contre ce grand peuple courageux. Ils pointent toujours du doigt, la grande majorité de nos leaders corrompus, leurs bêtises, tout en considérant nos mésaventures comme raison pour infliger la honte à toute une nation. Est-ce  la une raison valable pour continuer à nous décrier et nous avilir nous-mêmes ? On pourrait même aller plus loin et nous demander si les allemands et les russes ne sont pas fiers en tant que nation et peuple, à causes des atrocités, aujourd’hui considérées comme crime contre l’humanité, de leurs anciens dirigeants ? Pensez-vous qu’en leur rappelant à ces nations leur respectif chef d’Etat, en l’occurrence : Hitler et Staline, qu’ils se couvrent la face? Bien sûr que Non !

Croyez-vous que les anciens conquistadores : espagnols, portugais, français, anglais éprouvent aujourd’hui un certain sentiment de regret et de remord à cause des génocides commis pendant plusieurs siècles contre des peuples un peu partout à travers le monde ? Les exactions, pillages, la traite d’esclaves, ne constituent-ils pas des raisons suffisantes d’indignation envers eux-mêmes pour ne pas se sentir fiers ? Peut-être, certains lecteurs pourraient argumenter que ce sont des exemples du passé. Dans ce cas, les américains se considèrent-ils  exceptionnels uniquement parce qu’ils ont un président exceptionnel? Pendant qu’on y est, passons à pied joint sur la question de l’immigration. Si vous êtes comme « un moi », un immigrant dans un pays étranger, avec tout ce que cela implique comme charges tant au niveau social, économique, culturel et politique,  avant toute arrière-pensée, je vous convierais à jeter le regard sur  les millions de chinois qui vivent partout dans le monde pour la raison qu’il soit, cessent-ils d’être fiers d’être chinois avec ou sans papiers?

 

Si les autres nations peuvent se permettre d’ignorer toute atrocité, toute corruption ou crimes de leurs chefs d’états et marcher avec la tête haute et fière, nous aussi, Haïtiens nous ne devons  pas nous couvrir de honte à cause des méchancetés commises par certains de nos compatriotes. Nous sommes déjà les victimes et nous souffrons tellement de leurs conséquences néfastes. Vivre dans la honte à cause de ces acteurs nationaux  et étrangers c’est de se faire victime une fois de plus. Au contraire, sachez que nous avons été toujours un peuple hospitalier, solidaire, passionné par la musique. Au son du tambour, l’Haïtien peu importe sa classe, fortune, religion, origine, il/elle commence à taper le sol avec son pied. Oui, malgré notre misère, ventres affamés, on danse dans les rues. On fête la vie. On fête même dans nos malheurs. Nous sommes un peuple noir singulier, un peuple unique des Amériques,  un modèle révolutionnaire du monde.

 

A un niveau personnel ou individuel: Etes-vous fier(ère) de qui vous êtes aujourd’hui ? Votre fierté dépendrait elle uniquement des bonnes œuvres de tes parents et grands-parents ? Non. Vivez-vous dans la honte tous les jours à cause d’un crime commis par votre frère, votre beau-père? Non plus. Donc, Il ne doit y avoir aucun lien entre  notre fierté  comme peuple avec  les actes désagréables commis par des politiciens corrompus, par des assassins qui malheureusement cherchent à  maudire du sang de leurs crimes cette terre si sacrée. Compatriotes, Il est impératif de crier à gorge déployée notre attachement, nos redevances envers notre patrie. Moi, je suis fier de ce que je fais en tant qu’un individu pour ma famille, ma communauté et mon pays. Bref, je suis fier d’être Haïtien. Si vous êtes Haïtien vous pensez qu’un document de naturalisation ou un  passeport étranger suffise pour vous dénationaliser, je vous dis en vérité et en vérité,  l’Haïtien en vous ne meurt jamais. Tout comme moi, ne laissez pas les évènements malheureux du passé de la nation ou les exactions récentes de nos dirigeants masquer votre fierté.

Faites jaillir la lumière et la vérité  aux milliers de nos frères et sœurs, qui  ne cachent pas leur honte d’être haïtiens. Tout comme moi, prenons la permission de modifier légèrement les paroles sages de Bryce Courtenay  sur la fierté. Je cite : « Fierté [haïtienne],  c’est tenir la tête haute quand tous les autres [haïtiens] à côté de nous ont la tête baissée. Le courage seul nous permet d’y arriver. »

Soyez fier(ère)  d’être haïtien(ne). La honte doit couvrir la face des  méchants, bandits, voleurs, pilleurs, corrompus, corrupteurs et assassins !

Soyez fier(ère) de vous-même. Et ensemble, cultivons la fierté dessalinienne!

Rodelyn Almazor

 

Email : ingalmazor@yahoo.com

Facebook Blogs/Groups:

Réseaux des Futurs Leaders d’Haïti (Politiques et société)/

Pwezi Komedi Kreyl( Culture et littérature haïtienne)

Related Articles

Close
%d bloggers like this: