accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Consolidation de la coopération franco-haïtienne

Deux accords-cadres de coopération entre des mairies françaises et haï tiennes ont été signés, à l’occasion du lancement, le mardi 5 décembre 2017, à Port-au-Prince, de la deuxième édition des Assises de la coopération décentralisée franco-haïtienne. L’un des accords engage la mairie de La Rochelle (région Nouvelle- Aquitaine) et la commune de Port-au- Prince, « en matière d’aide à la bonne gouvernance locale et au renforcement des capacités des agents de l’administration publique de la capitale haïtienne ».

L’autre, paraphé par le Conseil Départemental de la Vienne et la commune de Marigot (Sud- Est), vise notamment « la poursuite du financement d’une école communale ainsi que la mise en oeuvre d’un projet de traitement de déchets à Marigot. L’ouverture des assises a eu lieu en présence du président de la République, Jovenel Moïse, du titulaire du ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT), Max Rudolph Saint-Albin, du président de la Fédération Nationale des Maires d’Haïti (FENAMH), Jude Edouard Pierre, et de l’ambassadrice de France en Haïti, Élisabeth Beton Delègue. 450 participantes et participants, dont les mairesses et maires d’Haïti, et plus d’une centaine de membres des collectivités françaises prennent part à ces assises. Jovenel Moïse a appelé « toutes les participantes et tous les participants à ne faire aucune réserve de leur potentiel et de leur esprit d’ouverture », pour produire des réflexions permettant d’adresser, « le plus adroitement possible, la problématique de la gouvernance locale. »

Pour sa part, le président de la FENAMH, Jude Edouard Pierre, a salué l’organisation de ces Assises. « Seule la solidarité des peuples peut apporter des remèdes efficaces aux grands maux qui accablent nos villes », a-t-il soutenu. Ces échanges entre « élus français et leurs partenaires haïtiens, illustrent une facette méconnue de la coopération entre nos deux pays », a déclaré, de son côté, l’ambassadrice de France en Haïti, Élisabeth Beton Delègue. « Haïti a toujours figuré parmi les pays les plus dynamiques, en matière de coopération décentralisée avec la France », a-t-elle ajouté. Une délégation d’élus en provenance de la Guadeloupe a séjourné cette semaine en Haïti.

Parmi ces élus se trouvaient Gabriel Serville, député de Guyane et président du groupe d’Amitié p a r l e m e n t a i r e France-Haïti, Mar i e – L u c e Penchard, maire de Basse-Terre, Jacques Bangou, maire de Pointe-à- Pitre. Ils ont fait le voyage spécialement pour venir assister à la deuxième édition des Assises de la coopération décentralisée franco- Haïtienne, qui se déroulent du 2 au 6 décembre à Port-au-Prince, avec la participation des maires d’Haïti, des représentants du Gouvernement, de ses principaux partenaires nationaux et internationaux ainsi que des membres des collectivités françaises de la métropole et d’Amérique. En marge de l’évènement, ils ont été reçus hier mardi (le 5 décembre) en audience au Palais National par le président de la République. Si le chef de l’État a mis en avant ses projets de développement pour le pays – adduction d’eau, électricité, infrastructures, énergies renouvelables, bonne gouvernance -, le député de Guyane, Gabriel Serville, a, pour sa part, évoqué la crise migratoire qui touche le département d’outre-mer. Ces dernières années, des milliers d’Haïtiens se sont installés clandestinement en Guyane, en quête d’asile, au risque de se voir déporter quelque temps plus tard par les autorités. En réponse, Jovenel Moïse, cité par France-Info, a assuré qu’il était « pleinement conscient qu’il faille travailler pour la stabilité de l’île,

en vue de diminuer l’appel à l’émigration ». Les premières Assises de la coopération décentralisée franco-haïtienne ont eu lieu en 2009. C’était l’occasion de promouvoir la coopération décentralisée comme outil de développement des territoires et de mettre en valeur la vingtaine de partenariats noués entre collectivités françaises et haïtiennes, faisant d’Haïti le 3e pays des Amériques comptant la plus forte coopération décentralisée française, après les États-Unis et le Canada.
Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: