accueilActualitéCoup d'oeil sur le mondePratiques culturelles

Au revoir Manno! La lutte continue…

Des messages de sympathies coulent de part et d’autre, à la suite du décès de l’artiste engagé, Joseph Emmanuel Charlemagne, dit Manno Charlemagne, le dimanche 10 décembre 2017. Le président Jovenel Moïse a déclaré : « le départ pour l’Orient éternel du chanteur engagé, Manno Charlemagne, constitue une grande perte pour le pays et pour le secteur culturel en particulier. Mes sympathies à la famille et aux proches de ce patriote qui aimait son pays avec passion. Haïti lui est reconnaissante ».

Le bureau du Premier ministre haïtien a écrit : « Le Chef du gouvernement Jack Guy Lafontant salue ce triste départ en présentant ses profondes sympathies à la famille du Chanteur populaire et à toute la corporation des Artistes musiciens d’Haïti ». Limond Toussaint, ministre de la Culture, a dit : « Une voix s’est éteinte ce matin du 10 décembre 2017 aux États-Unis. Celui qui nous chantait : « Finies les colonies », « Charlemagne Péralte », « Capitaine America » ou « Le mal du pays », est parti pour l’au-delà. Joseph Emmanuel Charlemagne dit Manno Charlemagne, dont la voix charriait toute la révolte des jeunes et des moins jeunes des années 70-80 […] poète, troubadour, goguenard : notre Manno aimait la vie dans laquelle il a mordu à belles dents. Cette figure iconique de la musique engagée en Haïti a marqué toute une époque. […] Consterné par cette disparition, le ministère de la Culture s’incline devant la dépouille du chantre de la justice sociale, de la liberté et présente ses sympathies à sa famille, à ses milliers d’admirateurs et au monde de la musique haïtienne. Puisse son verbe fort continuer à réveiller la conscience nationale […] ». Pour le Maire de Port-au-Prince, Ralph Youri Chevry, « […] Emmanuel Charlemagne, chanteur populaire, a marqué son passage à la tête de la Mairie de Port-au-Prince de par son dynamisme, sa vision et son engagement pour une ville qu’il portait dans son coeur. En cette douloureuse circonstance, le Maire de Port-au-Prince, Ralph Youri Chevry, au nom de l’Administration communale de Port-au-Prince, exprime ses profondes sympathies à la famille d’Emmanuel Charlemagne, ses amis et collaborateurs. »

De son côté, l’ex-Président Michel Joseph Martelly a expliqué « 40 lane deja depi ke nap viv ansanm nan mizik et nan lanmou youn pou lòt. Jodia ou ale, men bèl zèv ou kite yo ap kenbe ou vivan nan kè tout moun!! Manno mwen pap janm bliye w !! ». Également, l’ex-premier ministre Evans Paul écrit : « Je salue le départ d’un camarade, compagnon de scène. Au début des années 80, avec la troupe KPK que j’animais et qui produisait des spectacles engagés, nous avions lutté pour la liberté d’expression et de créations artistiques. » En outre, l’ancien premier ministre Laurent Lamothe s‘est lamenté laconiquement : « Paix à ton âme ! Manno Charlemagne, 69 ans, chanteur engagé, est mort ».

Le Président de la Chambre basse, Cholzer Chancy, a dit apporter toutes ses sympathies aux familles, amis et fans de notre icône nationale de la chanson engagée, décédé d‘un cancer du poumon. « J’ai très mal ! Le passage à l’école de Manno Charlemagne (…) était un passage obligé. Haïti avait besoin d’une voix comme celle de Manno pour parler d’elle autrement, de ses enfants jetés en exil, de ses enfants orphelins à cause d’une dictature, (…) pour crier haut et fort contre l’injustice, la corruption institutionnalisée, les organisations mondiales et j’en passe…Haïti a encore besoin de toi Manno, elle a besoin de plusieurs Manno Charlemagne», a exprimé Beethova Obas, auteur, compositeur et interprète.

Manno Charlemagne, né en 1948 à Carrefour, qui était atteint d’un cancer des poumons et qui a lutté depuis des années, est décédé ce dimanche 10 décembre 2017, en Floride, où il était hospitalisé depuis un certain temps. Il était âgé de 69 ans. Auteurcompositeur- interprète, artiste engagé et ancien homme politique haïtien, il a vécu en exil pendant les années 1980 et de 1991 à 1994. En 1978, avec le musicien Marco Jeanty, il a enregistré à Port-au-Prince un premier album, Manno et Marco, constitué de chansons engagées, dont la diffusion sur Radio Haïti-Inter connaît un grand succès. Manno Charlemagne revient en Haïti en 1994. Il est élu maire de Port-au-Prince en juin 1995. Il le restera jusqu’en 1999.

Emmanuel Saintus

Related Articles

  • Jean Camille ETIENNE

    ” Manno Chalmay, l’icône incontournable de la conscience révolutionnaire des années 80-90.”
    Qui peut oser parler de conscience révolutionnaire ayant parvenu à la transcendance de son époque des sans placer dans un encadrement en or la figure de Joseph Emmanuel Charlemagne, dit Manno Charlemagne ?
    Auteur-compositeur-interprète et artiste engagé, sous un fond d’homme politique Manno incarne l’esprit révolutionnaire contre la dictature féroce des Duvalier au cours des années 80-90. Homme de grande culture de souche politique de la gauche, de très tôt il s’est réclamé de la défense des pays et des masses « populaires ». Ses compositions constituent le témoignage vivant d’une fouge juvénile assoiffée de révolution et de justice sociale. Malgré la fureur des « tontons makouts », sous le règne obscurantiste de Jean Claude Duvalier, il a bravé le danger et la mort, en mettant a nue ses convictions de changement et de la nécessite d’un chambardement total du statu quo oligarchique et rétrograde de l’époque. Il est la figure incontestable de contestation politique non seulement en faveur de la partie occidentale de l’île Ayiti, mais également sa voix a retenti jusque chez les voisins orientaux à travers des chansons dénonçant les mauvaises conditions d’embauche des braseros ayitiens.
    Il est le modèle à imiter par les politiciens ayitiens en terme d’engagement à la cause nationale. Il ne chancelle ni tergiverse quant à ses convictions politiques. Il aura en vain lutté pour une nouvelle Ayiti dont l’avènement est loin de poindre à l’horizon.
    Que ton âme repose en paix notre Manno national !

Close
%d bloggers like this: