SAACHAD honore les mamans de Solino en grande pompe

L’organisation «Solino An Aksyon pou yon Chanjman Dirab» SAACHAD a organisé une cérémonie à l’honneur des mamans de Solino, le dimanche 28 mai 2017, ce quartier situé à 3 km au Nord-est du palais National, l’un des quartiers populaires de la capitale coincé entre deux communes, Port-au-Prince et Delmas. Les responsables de l’organisation ont mis tout le paquet pour honorer les mamans de Solino, à l’occasion de la fête traditionnelle attribuée aux mères, fêtée le dernier dimanche du mois de mai à travers plusieurs pays dans le monde, pour rendre un hommage bien mérité aux femmes qui ont porté et élevé un enfant ou celles qui adoptent un enfant et le traitent avec équité et amour. C’est aussi l’occasion de se rappeler les souffrances de ces femmes qui au cours de leur vie, ayant tout sacrifié pour s’occuper de leurs enfants avec ou sans la présence d’un père. Très souvent en Haïti, elles ont également la plus grande tâche domestique, toute la maisonnée, y compris le mari reposent sur leurs épaules. SAACHAD a divisé la journée de célébration de la fête à l’honneur des mamans en deux parties. Elle a accueilli les mères à son local, à la ruelle Caravelle, pour rappeler aux mamans présentes à ce lieu, qu’elles ont beaucoup d’importance aux yeux de l’organisation. Le coordonnateur général de cette organisation de base, M. Johnny Chéry, a, lors de son allocution, salué le courage de toutes les mères présentes dans la salle et celles qui se trouvent partout ailleurs. Il a fait l’éloge des mères de Solino qui, selon lui, élèvent leurs enfants dans des conditions extrêmement difficiles. « Je suis heureux d’être en compagnie de mes collègues de SAACHAD pour honorer les courageuses mères de Solino. L’occasion est pour nous une opportunité de louer les efforts des gens qui ont souvent ignoré leur propre bonheur, en risquant leur vie pour donner naissance et se sacrifier envers et contre tout, pour élever leurs enfants. Pour toute ces raisons et d’autre que je n’ai pas citées, SAACHAD vous souhaite bonne fête » a déclaré le coordonnateur de SAACHAD. M. Chéry a également mis l’accent sur le rôle de l’organisation qu’il préside dans la communauté. À son avis, SAACHAD est un outil qui prône le changement durable dans la communauté de Solino. Elle est contre toute forme d’agissement visant à dégrader l’image pacifique du ghetto le plus sécurisé de la région métropolitaine. Il a également salué les efforts des policiers qui luttent pour maintenir la paix dans ce ghetto et salué la mémoire de ceux qui sont tombés sous les balles assassines des forces de l’obscurité qui sèment le chaos dans le pays. Pour le dirigeant de SAACHAD, le développement de la zone dépend des efforts des jeunes filles et garçons de cette zone qui doivent mettre de côté toute querelle de chapelles pour permettre que la zone soit développée. Par ailleurs, les mères n’ont pas caché leur satisfaction face à l’accueil qui leur a été réservé par les membres de l’organisation SAACHAD. «Je suis contente d’être honorée par des jeunes du quartier qui comprennent le sens des combats que nous, les mères, avons menés pour les élever. Je dis merci aux membres de cette organisation qui ont pris cette initiative afin de nous mettre en valeur » a déclaré Janine Pierre âgée de 65 ans, mère de 5 enfants. Une autre séance de remise de cadeaux a été organisée dans la soirée au carrefour Solino où des artistes de la zone ont performé en l’honneur de ces courageuses femmes qui ont fait face à toutes formes de difficultés pour élever leurs enfants. L’organisation a réitéré ses engagements pour continuer à travailler pour faire de Solino un lieu où tout le monde a l’accès aux services sociaux de base. Solino est le seul quartier populaire de la région métropolitaine n’ayant pas une école nationale, un lycée, un centre hospitalier pour ne citer que cela. La population est traitée en parent pauvre, en matière énergétique. Bien que disposée à payer les factures du courant électrique, l’entreprise publique chargée de commercialiser et la distribution du courant EDH, n’est pas animée de la volonté pour alimenter cette zone en électricité. Des citoyens en possession de leurs fiches d’applications pour l’obtention d’un compteur électrique sont dans une attente perpétuelle. Ces derniers sont laissés à la merci des raquetteurs qui fixent le coût du kw/h de l’énergie produite par l’EDH et d’autres opérateurs qui vendent du courant à l’État haïtien. La majorité des transformateurs installés dans la zone sont tombés en panne. Les responsables de l’EDH n’ont rien fait pour remédier à cette situation. Des citoyens qui ont pris des initiatives pour s’en procurer pour usage personnel ou commercial doivent payer un montant excessif pour la connexion sur le réseau. Des familles infortunées sont condamnées à rester dans le noir. L’eau potable est un autre service de base auquel la population n’a pas pleinement accès. Malgré la présence des infrastructures de ce service de base dans la zone, de jour en jour, elle se fait rare, 20 ans après la réalisation d’un projet financé par des organisations non gouvernementales (ONG) à travers la CAMEP pour l’alimentation de la zone en eau potable. Des kiosques pour le stockage et la vente de l’eau ont été construit dans la zone. À cette époque, la fréquence de la distribution de l’eau était de 4 fois par semaine. Après deux décennies, la demande pour la consommation de l’eau a augmenté considérablement. Rien n’est prévu par les autorités en vue réaménager le système d’adduction en eau potable de la zone. Le réseau est saccagé par des raquetteurs qui trafiquent le réseau de distribution. La population souffre de la rareté d’eau dans les robinets des kiosques de ventes. Souvent, les gens se tournent vers les camions d’eaux qui doublent le prix du m3 du liquide précieux. Les citoyens veulent que DINEPA rétablisse le réseau d’alimentation d’eau potable dans la zone. Non pas à travers les kiosques car il faut en finir avec cette tradition de transporter l’eau sur sa tête. Ils exigent que l’eau soit fournie directement dans les foyers.
Publier le : 03/06/2017   Auteur : Jean Gédéon

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Ajouter un commentare
Pseudo *
Commentaire *
   
 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

En bref
Voir aussi
Compteur de visite
9951735 visiteurs dont
7388 aujourd'hui,
13643051 pages affichées
>>>>>