Haïti est toujours considérée comme le pilier fort de la corruption

La République d’Haïti se trouve non seulement sur le « Black List » des 22 pays de transit majeur de la drogue ou encore des principaux producteurs de drogues illicites, mais aussi dans le blanchiment des avoirs. Les 22 pays tels que : l'Afghanistan, les Bahamas, le Bélize, la Bolivie, la Birmanie, la Colombie, le Costa Rica, la République dominicaine, l’Équateur, El Salvador, le Guatemala, Haïti, le Honduras, l'Inde, la Jamaïque, le Laos, le Mexique, le Nicaragua, le Pakistan, le Panama, le Pérou et le Venezuela, sont considérés comme des pays corrompus. Dans son rapport « 2017 International Narcotics Control Strategy Report » le Département d'État américain indique : « Haïti reste un point de transit pour la cocaïne originaire d'Amérique du Sud et la marijuana originaire de la Jamaïque, en route vers les États-Unis et d'autres marchés. Ce trafic profite de frontières maritimes sévèrement sous-patrouillées d'Haïti, en particulier sur les côtes Nord et Sud. Haïti n'est pas un producteur important de drogues illicites pour l'exportation, bien qu'il y ait des cultures de cannabis pour la consommation locale ». 97 suspects ont été arrêtés pour des crimes présumés liés à la drogue et deux ont été expulsés vers les États-Unis pour être poursuivis. Au total, 370 kg de cocaïne et 4 kg d'héroïne provenant d'Haïti ont été saisis par d'autres organismes internationaux, chargés de l'application de la loi dans des opérations conjointes avec la DEA et la Garde côtière américaine (USCG). De plus, 1,1 tonne métrique de cocaïne a été saisie par l'USCG sur un bateau «rapide», au large de la côte sud d'Haïti. La DEA et l'USCG mènent régulièrement des opérations conjointes avec le BLTS et fournissent une assistance dans la planification opérationnelle et la collecte de renseignements. En 2016, les États-Unis ont parrainé un certain nombre d'officiers BLTS pour recevoir de nombreuses formations à l'étranger et en Haïti. Il n'y a pas de disponibilité significative ou de trafic illicite de drogues synthétiques en Haïti. La BLTS est le seul corps chargé de combattre le stupéfiant en Haïti. La brigade avait eu un effectif de 170 officiers en 2016 puis 59 autres ont été rajoutés lors de la 26e promotion. Au total. La BLTS compte 229 officiers ainsi qu’une unité canine de 19 chiens. Pour la sécurisation des frontières de la mer, le HCG est la seule agence d’application Maritime. Sa force effective de 160 officiers sera complétée par 60 autres officiers de la 26e promotion de la PNH, pour porter son effectif total à 220 officiers. La HCG a des bases au Cap-Haïtien, Killick (Port-au-Prince) et aux Cayes. La force a un total de 18 navires maritimes, mais seulement cinq sont actuellement opérationnels, avec 7 des 13 navires restants, non réparables en raison de l'âge ou de la limite de vie de la coque. En ce qui concerne le blanchiment d’argent, le pays est vraiment pointé du doigt, notamment dans le volume II « Blanchiment d’argent et crimes financiers » du rapport «2017 International Narcotics Control Strategy Report » le département d’État Américain indique : « les bandes criminelles haïtiennes sont engagées dans le trafic international de stupéfiants et dans d’autres activités criminelles et frauduleuses. Une grande partie du trafic de drogue en Haïti, ainsi que le blanchiment d'argent qui en découle, est relié aux États-Unis. Notons qu’en 2016 une législation importante a été adoptée, en particulier les lois anti-corruption et de lutte contre le blanchiment d'argent, par les parlementaires, mais la faiblesse du système judiciaire haïtien laisse le pays vulnérable à la corruption et au blanchiment d'argent. La plupart des schémas de blanchiment d'argent identifiés, impliquent des montants importants de devises américaines détenus dans des institutions financières, en dehors d'Haïti ou des entités non financière en Haïti, comme les restaurants et autres petites entreprises. Les monnaies étrangères représentaient 63% des dépôts bancaires d'Haïti en octobre 2016. Une majorité des saisies de biens à ce jour ont impliqué d'importants trafiquants de drogue, condamnés aux États-Unis. Haïti compte sept zones franches en opération. Il y a aussi 157 casinos autorisés et beaucoup d'autres casinos sans licence. Les jeux en ligne sont illégaux. Le gouvernement haïtien devrait continuer à renforcer son système de lutte contre le blanchiment de capitaux ainsi que les unités chargées d’enquêter sur les crimes financiers et le développement d’un système de technologie de l’information. Haïti devrait également prendre des mesures pour établir un programme visant à identifier et à signaler les mouvements transfrontaliers de monnaies et d'instruments financiers. Les casinos et les autres formes de jeu devraient être mieux réglementés et surveillés. L’Unité Central des Renseignements Financiers (UCREF) est l’organe reconnu en Haïti qui se bat contre la corruption ou encore contre le blanchiment d’argent, mais aucune condamnation ou poursuite pour blanchiment d’argent en 2016 n’a été réalisée, bien que les différents rapports internationaux aient prouvé que le pays est en forte progression dans le domaine. L'UCREF a transmis six cas au pouvoir judiciaire en 2016. Les questions qui se posent dans le secteur judiciaire signifient que les progrès de l'UCREF ne sont pas encore reflétés dans les taux de condamnation. Soulignons que l’actuel Président d’Haïti, Jovenel Moïse, a promis de renforcer le système judiciaire en Haïti. Par ailleurs, le nouveau locataire du palais national a été pointe du doigt comme un inculpé dans le blanchiment d’argent depuis 2016 dernier. La question reste à savoir si Son Excellence, Jovenel Moïse, serait perçu comme assez intègre pour débattre d’un tel sujet, tant au niveau national qu’avec ses pairs de la communauté internationale, lorsque des soupçons aussi graves pèsent sur sa personne.
Publier le : 11/03/2017   Auteur : Altidor Jean Hervé

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Ajouter un commentare
Pseudo *
Commentaire *
   
 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

En bref
Voir aussi
Compteur de visite
9976163 visiteurs dont
1996 aujourd'hui,
13683126 pages affichées
>>>>>